Critique de film

pub

Fantôme de l'opéra (Le)

"Il Fantasma dell'opera"
affiche du film

En 1877 à l'Opéra de Paris, plusieurs ouvriers sont devorés, mutilés et assassinés par une force mystèrieuse. Un soir, la jeune soprano Christine Daaé répète sur la scène du théâtre désert. Une ombre l'observe, visiblement subjuguée par le talent et la beauté de cette jeune femme, et décide de l'aborder. La jeune femme, intriguée et troublée, va basculer dans une passion amoureuse aussi irréelle qu'éphémère pour ce fantôme. Pendant ce temps, l'Opéra continue à être le théâtre d'une série de mystèrieux accidents.

pub


Trailer - Le fantôme de l’opéra (1998)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le fantôme de l’opéra - Une opérette sans intérêt...
Par : Damien Taymans

Grâce à une critique moins répressive qu’ailleurs, l’Europe – et plus spécialement l’Italie – fut le berceau du cinéma horrifique à tendance gore. Faisant passer le scénario au second plan, les réalisateurs italiens, Bava en tête, firent leur chou gras de ce cinéma de genre, mettant en ostentation un traitement sanguinolent esthétique au détriment du fond de l’histoire. Si certaines de ces œuvres furent des succès réels grâce au traitement de l’image de leur créateur (on pense à nouveau à Bava) ou aux scénarii parfois excellemment mis en place (chez Fulci ou Deodato), de nombreuses autres auteurs sombrèrent définitivement dans l’oubli car, outre leurs exagérations outrancières d’éjaculations sanguines et de corps décharnés, le reste n’était que néant.

Dario Argento n’est pas de ceux-là. Il a réussi à imposer son style au fil du temps, esthétisant ses scènes de meurtres, les faisant passer au premier plan d’une toile de fond superbement dressée. Il a révolutionné le monde du giallo grâce à ses scénarii cohérents et leur traitement particulier. Il a également contribué à transformer le monde du fantastique en y injectant son savoir-faire pictural et en y apposant son sceau berçant dans l’onirisme. Dario Argento, disais-je, n’est pas de ceux-là et méchant serait celui qui oserait prétendre le contraire. Sauf que…

Sauf que, m’attendant à recevoir des lettres de menace anonymes, je m’immisce dans ce groupe très fermé de ceux qui osent critiquer le maestro. Les années 90 ne furent pas les plus fastes de l’auteur : le réalisateur oscilla difficilement de semi-réussites en échecs cuisants et ne parvint jamais à retrouver sa forme d’antan. De Trauma au Syndrome de Stendhal, Argento n’a fait que peu de chemin et s’est avéré gangréné par des objectifs davantage alimentaires qu’artistiques. Dans cette lancée, Le fantôme de l’opéra ne pouvait être autrement.

Réalisant une énième adaptation du livre de Gaston Leroux, le réalisateur de Suspiria met en scène une histoire renégociée, réarrangée. On connaît le goût du bonhomme pour les personnalisations gagatisantes des œuvres immuables (le segment de Deux yeux maléfiques en est une preuve cuisante). Et, à nouveau, ça coince terriblement. Se servant maladroitement d’une histoire d’amour mal traitée et d’une platitude extrême, faite de râles et de rencontres inopinées entre les deux amants, Argento cache mal son envie de mettre en avant ses tortures corporelles et son amour pour le sang. Un homme empalé, un autre décapité, un pouce ouvert, des tonnes de rat qui s’agitent dans tous les sens, c’est sympa mais ça ne casse pas deux pattes à un canard. D’autant que ce traitement clinique de l’horreur devrait susciter l’effroi chez le spectateur mais ne finit que par tomber dans le burlesque. De l’horreur au grand-guignol, il n’y a qu’un pas qu’Argento a franchi.

Le grotesque reprend pleinement ses droits à tous les égards. Les décors sont en carton-pâte, la musique anachronique et les personnages sont réduits au statut de caricatures vivantes, ne présentant aucun intérêt pour une histoire trop vite dissimulée. Reste que le métrage a bien du mal à se défendre et ne parviendrait même pas à boxer dans la catégorie Z puisqu’il refuse tout bonnement d’y appartenir.

Une sommité d’ennui fondée par Argento himself qui présage les ratages à venir (The card player, Vous aimez Hitchcock ?). C’est mou, c’est lent et c’est mal construit. Rien d’autre à ajouter, votre honneur !

Commentaires sur le film

Faites entrer l’accusé !!!

0 etoiles

daube Daube !

En effet,je souhaiterais,comme d’autres fans de Argento je penses,qu’il vienne en personne devant ses juges et qu’il justifie ce ratage complet.
Ce bonhomme vaut mieux,beaucoup mieux que cela.Alors,pourquoi a-t’il basculer du côté obscur du 7èm art ?
L’argent ? Certes
L’envie perdue ? Certes
Alimentaire ? Moins certain car je penses qu’il n’en a pas vraiment besoin.
Mon opinion a moi est que les cinéastes de sa génération ont bien du mal avec les techniques actuelles et cela vaut aussi pour les scénarios.
A son époque,on pouvait faire croire (presque) n’importe quoi aux spectateurs,ils entraient dans l’histoire les yeux fermés.Aujourd’hui,ce n’est plus pareil,le scénar

9 novembre 2014 à 21:11 | Par Bensoussan

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 22253 photo 22254
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage