Critique de film

pub

Elevated

"Elevated"
affiche du film

Trois personnes s'enferment dans un ascenseur à l'abri d'une menace extérieure inconnue...

pub


Les critiques à propos de ce film

Critique de Elevated - Niveau élevé pour un court...
Par : Damien Taymans

Quelque peu avant de signer son Cube qui lui vaudra une reconnaissance internationale, Vincenzo Natali s’était attelé à créer un court métrage au thème déjà claustrophobique. Elevated narre sur une durée de vingt minutes (dont trois sont employées pour les crédits casting) les aventures de trois personnes enfermées dans un ascenseur à l’abri d’une menace extérieure.

L’entrée du métrage met d’emblée mal à l’aise. Contre-plongée sur les deux personnages qui sont dans l’ascenseur (Ellen et Ben), moment rempli d’anxiété. Seul avec cet homme douteux, Ellen angoisse et attend impatiemment que l’appareil se stoppe à destination. S’arrêtant à un étage, l’ascenseur ouvre ses portes avant de les refermer. Mais un homme hurle. Cet homme, Hank, gardien de l’immeuble, les conjure de lui tenir la porte et, une fois à l’intérieur, désamorce la sécurité de l’appareil pour l’envoyer au dernier étage, arguant qu’ils y seront plus en sécurité. Le gardien en transe et aux vêtements souillés par un sang qui n’est pas le sien amène chez les deux personnes un état de stress élevé (a stress elevated).

Le script rédigé par Vincenzo Natali lui-même et Karen Welton (qui signera celui de Ginger snaps par après) joue sur plusieurs fronts pour susciter sinon la peur au moins le questionnement chez le spectateur. Aucune peinture des trois personnages les rendant plus mystérieux que jamais, un lieu clos où tout peut arriver et dont on ne peut sortir comme on le souhaite, mystère total sur les monstres brièvement abordés par Hank, comportements étranges du gardien qui laisse le public suspicieux, … Tout est mis en œuvre pour imprégner au court un climax dérangeant. Si Natali ne s’attarde pas sur l’un ou l’autre de ses héros du quart d’heure, il n’en dépeint pas moins adroitement les relations qu’ils entretiennent. Entre crainte et incrédulité, tous se méfient de leurs partenaires et, oppressés dans ce lieu clos avec des gens qu’ils ne semblent pas aimer, éclatent en des accès de furie ou d’angoisse, rappelant dans des excès de barbarie plus manifestes la théorie pragmatique du Huis clos de Sartre…

Le tout ressemble assez fort au final à un des meilleurs épisodes de La quatrième dimension comportant son lot de mystères et d’angoisse en une durée tout à fait limitée. Sans être transcendant car trop court, Elevated n’est pas dénué d’idées et force est d’avouer que Natali sait les mettre en œuvre… Une réflexion que reprendra le réalisateur sur une plus longue pellicule avec Cube la même année…

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 20744
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017
affiche du film
The Circle
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage