Events

EVENTS - Avant-première Furor Absurdüs

6 novembre 2011 | Par : Damien Taymans

Les copains d’abord

Cette chronique est dédiée à Jean-Claude Botte

Ce vendredi se déroulait au FIFI (Festival International du Film Indépendant de Bruxelles) l’avant-première du documentaire Furor Absurdüs consacré au cinéaste de l’absurde Jean-Jacques Rousseau, des cousins Maxime et Michel Pasque. Une avant-première belge. Le vrai tapis rouge avait été déballé à Paris lors du Nouvel An belge en fin septembre 2009. Les cousins révèlent une nouvelle fois leur amour de l’anachronisme en présentant une production Pasque (cherchez l’anagramme) à quelques jours de la Toussaint. C’est que les trublions cultivent le perpétuel décalage, bloqués qu’ils sont toujours sur le fuseau horaire courcellois, antre de la bête Jean-Jacques Rousseau.

Il aura donc fallu patienter deux années pour assister à ce spectacle live et à peine déformé du petit livre de tournage de l’autodidacte cagoulé. Alors, on ré-adapte son discours (quatre ans de gestation contre deux annoncés lors de la première parisienne). Quelles transformations a subi le matériau entretemps ? Nul ne sait. A peine entendra-t-on les réalisateurs détailler, devant l’entrée du Centre Culturel Jacques Franck, le planning chargé qui les a accablé depuis (tournage d’Ed & Shooldaer, premier western capillaire, et d’une multitude d’autres projets pour Maxime, confection et revente en noir de Petits Jésus pour Michel). L’attente, insoutenable, s’est vue récompensée : la projection de Furor Absurdüs s’est soldée par des salves d’applaudissements et autres commentaires enthousiastes. Pourtant, pour le novice, l’immersion dans l’univers de JJR a quelque chose de désarçonnant. Absurdement réaliste et réalistement absurde, le documentaire s’escrime à coller au plus près de l’homme à la cagoule-cinéaste. Localisation amorcée, point mort activé : l’œuvre se libère la plupart du temps de la monotone tâche, prisée des documentaristes, du témoignage loquace entretenu par des amis de longue date et admirateurs autoproclamés. Oubliez le Cinéastes à tout prix de Frédéric Sjocher, Furor colle aux basques du metteur en scène qui livre quelques-unes des recettes de son cinéma si surréaliste (écrire un scénario : et les imprévus ?, rétribuer les acteurs : avec quel argent ?, diriger les comédiens : et l’impro ?).

Si le spectateur sourit, c’est sans complaisance. S’il rit, c’est sans éloquence. En perpétuel décalage, à l’instar du "génie" surréaliste dans les pas duquel il guide les siens, le documentaire conserve néanmoins cette distanciation polie par rapport à son sujet. A la fois tragi-comique et naturaliste, Furor Absurdüs tend néanmoins, sur la durée, à provoquer la suspicion. Il faut dire que la mécanique finit par être connue et le milieu de moins en moins exotique. Puis survient le moment de grâce, le soupçon d’émotion qui confère définitivement à ce qu’on commençait à prendre pour un dessert bourratif l’onctuosité éthérée qu’il lui manquait. Cette touche d’humanisme qui rappelle que, derrière les excentricités de cette bande de fous, se cache en réalité une famille. Qui sabre le champagne lorsque l’un des leurs connaît son moment de gloire et qui s’endeuille lorsque leur communauté perd l’un de ses éléments. Avant de se voir immortalisés avec élégance par les réalisateurs, les personnages auront retrouvé leur humanité, leur beauté, leur grandeur et, dans le même temps, leur humilité.

L’abordage entamé avec frénésie de l’embarcation rousseauiste, balancée en tous sens par une mer déchaînée puis guidée par le ressac, finit par échouer sur un radeau de fortune approchant de la terre par temps calme. Les rescapés ne feraient pas mentir Brassens : "Son capitaine et ses matelots / N’étaient pas des enfants d’salaud / Mais des amis franco de port/ Des copains d’abord"

Commentaires

Un docu amour et un hommage à la profession. On se lève tous pour JJ Rousseau, on se lève tous pour Les coussins Pasques, on s’incline devant Damien qui nous le rend bien.. bisesssss

7 novembre 2011 | Par belgin AKA

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Split
2017
affiche du film
Seuls
2017
affiche du film
La Grande Muraille
2016
affiche du film
The Strangers
2016
affiche du film
Quelques minutes après minuit
2016
affiche du film
Personal Shopper
2016