Critique de film

pub

Divergente

"Divergent"
affiche du film

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

pub


Trailer - Divergente (2014)
Par : Samuel Tubez

Les critiques à propos de ce film

Critique de Divergente - Dystopie à l’eau de rose
Par : Samuel Tubez

Summit Entertainment frappe de nouveau dans le neo teen movie mais sans dents longues cette fois, avec l’adaptation de la saga Divergente, best-seller signé Veronica Roth publié en 2011. Un récit dystopique, dans la veine d’Hunger Games, écrit par une toute jeune auteure (22 ans à l’époque !) et qui va donc prendre le relais de Twilight en envahissant non seulement nos écrans de cinéma (la suite est en chantier puisque, pauvre de nous, celui-ci a très bien démarré) mais aussi nos librairies. L’invasion continue…

L’univers de Divergente nous plonge dans la région de Chicago et nous présente une société vivant derrière des murs qui s’est subdivisée en cinq catégories : les Audacieux, les Erudits, les Altruistes, les Sincères et les Fraternels. Béatrice, ado de 16 ans appartenant à la caste des Altruistes doit, comme son frère Caleb et ses camarades du même âge, choisir son appartenance à l’une des castes et ce, pour le reste de son existence. Mais, au moment des tests, elle apprend qu’elle ne correspond à aucune catégorie et qu’elle est « Divergente ». Hors, les personnes divergentes sont rares et considérées comme des menaces traquées par le gouvernement. Cachant sa condition, elle intègre néanmoins le clan des Audacieux où elle va subir un entraînement quasi militaire et repousser ses peurs les plus intimes...

Au travers de cette intrigue aux résonances totalitaristes, il est bien évidemment question de trouver sa place dans la société, sortir de l’adolescence, devenir adulte, se révolter, tout ça…. Du pain béni pour la cible concernée et du caviar pour les exécutifs ainsi que la créatrice de cet univers qui vont s’en mettre plein les poches. Et les autres ? Le traitement des thématiques sociétales étant plus que léger, on retournera visionner d’autres films d’anticipation bien plus intéressants comme les retranscriptions des écrits de George Orwell (1984) ou d’autres œuvres comme Brazil, Les Fils de l’homme ou même le plus récent In Time, certes imparfait, mais bien plus trépidant que cette romance à l’eau de rose. Car c’est surtout de cela qu’il s’agit dans Divergente, œuvre sous influence qui ne trouve pas sa propre voie (pour vulgariser, on est dans du sous-Hunger Games avec une amourette à la Twilight) et qui s’avère tellement cliché et prévisible qu’elle procure la sensation de s’étirer dans le temps sans que l’on ait l’impression qu’il se passe réellement quelque chose d’intéressant à l’écran. Outre cette désagréable sensation de perdre son temps (sauf les teenagers, qui auront plus de deux heures pour pouvoir se bécoter tranquille dans l’obscurité des salles de cinéma), le film s’avère visuellement peu inspiré et même carrément moche, l’ensemble semblant être tourné dans des hangars et aux alentours ! De même, les épreuves mentales où les protagonistes doivent affronter leurs propres peurs font dans la simplicité : vertige, feu, eau, cloisonnement, oiseaux,…on a évité de justesse les serpents et les araignées ! A 85 millions de dollars, on se demande vraiment ce qu’ils ont fait de leurs billets verts, le premier Twilight possédant, avec ses 37 petits millions, plus de charme. Et on passera sur le casting avec le minet et la minette de circonstance (Shailene The Descendants Woodley et Theo Underworld Awakening James) qui ne font que…minauder. Et c’est à peine si la présence de Kate Winslet relève le niveau.

Nouvelle franchise pour teenagers pondue par Summit Entertainment, Divergente est bien trop lisse pour satisfaire les fans d’anticipation réflexive et beaucoup trop languissant pour conquérir les amateurs d’aventures. Reste le public cible qui devrait y trouver son compte en se précipitant dans les grandes surfaces dès la sortie de projo pour lire la suite, Insurgent, avant qu’elle n’arrive sur les écrans. Dire qu’à cet âge on se précipitait au ciné pour aller voir Scream ou Souviens-toi…l’été dernier. Que voulez-vous, il faut bien que jeunesse se passe...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 45833 photo 45834 photo 45835 photo 45836 photo 45837 photo 45838
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage