Critique de film

pub

Discopathe

"Discopath"
affiche du film

Dans les années 1970, un jeune New-Yorkais sans histoire se métamorphose en meurtrier lorsqu’il est exposé aux sonorités particulières d’une toute nouvelle musique : le disco. Incapable de contenir ses pulsions meurtrières, Duane Lewis devient malgré lui un dangereux serial killer en exil à Montréal.

pub


Trailer - Discopathe (2013)
Par : Damien Taymans

Discopathe - Trailer from Joss Dumas on Vimeo.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Discopathe - Saturday Night Fever
Par : Quentin Meignant
Tags : Serial killer, BIFFF 2014

Présenter une œuvre telle que le Discopathe de Renaud Gauthier en festival ne peut qu’attirer les foules, chose qui a été faite dans de nombreuses réunions fantasticophiles en 2014. Bien en a donc pris les organisateurs du BIFFF puisque le métrage a rencontré un certain succès et a proposé une petite piqûre de rappel aux nostalgiques des 70’s. L’action de Discopathe prend place à New York dans les années 70 où un jeune homme apparemment sans histoires se transforme en tueur psychopathe dès qu’il perçoit quelques notes de musique disco. Incapable de contenir ses pulsions meurtrières, Duane Lewis devient malgré lui un dangereux serial killer en exil à Montréal.

Sous des airs de gros délire, Discopathe est tout autre chose : une véritable plongée dans l’univers du disco et surtout des années 70-80. Fort d’un costume design parfait et surtout de nombreux clins d’oeil à une époque encore sacrée pour beaucoup, le film de Renaud Gauthier brille aussi par son incroyable bande originale. L’efficacité du métrage vient d’ailleurs du mélange assez intéressant entre le disco et une bande son parfois presque carpenterienne qui, chaque instant, distille un peu plus une ambiance qui faisait le charme des films d’antan.

Discopathe est d’ailleurs une oeuvre ultra-référentielle puisque l’on y retrouve pêle-mêle les influences de Carpenter, de William Lustig et de son fabuleux Maniac, qui y est pour beaucoup dans l’atmosphère poisseuse de l’ensemble, mais aussi de quelques séries en vogue à la fin des 70’s (Les rues de San Francisco et Drôles de Dames pour ne citer que ces deux titres). L’oeuvre n’est certes pas exempte de tout reproche, notamment au niveau de sa construction parfois à la limite du compréhensible ou de sa partie québéco-québécoise souvent teintée d’un comique excessif, mais l’ensemble se tient et donne lieu à quelques scènes de haut vol. Quelques scènes lesbiennes et un meurtre stromboscopique font par ailleurs figure de séquences d’excellence.

La réussite globale du tout est donc due à un véritable travail de sape au niveau des décors, costumes et autres éléments qui traduisent la volonté de Renaud Gauthier de plonger le spectateurs dans un univers passé. Discopathe souffre certes de quelques longueurs, notamment durant sa seconde partie québécoise un peu plus kitsch, mais constitue un ensemble de belle qualité. Un petit must pour cinéphiles nostalgiques !


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 45926 photo 45925 photo 45927
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016
affiche du film
Small Town Killers
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage