Critique de film

pub

Les Démons du maïs

"Children of the corn"
affiche du film
  • Année de production : 1984
  • Réalisateurs : Fritz Kiersch
  • Scénaristes : Stephen King, George Goldsmith
  • Acteurs : Peter Horton, Linda Hamilton, R. G. Armstrong, John Franklin
  • Musique : Jonathan Elias
  • Genre : Fantastique – Sorcellerie et satanisme
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h33
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Programmation Cinebel
  • Récompenses : Meilleur Film Fantastique au Festival International du Film Fantastique de Bruxelles 1984 Nominé comme Meilleur Film au Festival du Film Fantastique d'Avoriaz 1985 Nominé comme Meilleur Jeune acteur de second rôle (Robby Kiger) et comme Meilleure jeune actrice de second rôle (Anne Mary McEvoy) aux Young Artist Awards 1985

Burt et sa femme Vicky traversent les Etats-Unis vers Seattle, où Burt doit commencer à travailler dans un hôpital. Au Nebraska, ils se retrouvent à Gatlin où les enfants ont tué tous les adultes et vivent confinés, au sein d'une sorte de secte dédiée à une divinité mystérieuse, le Dieu du Maïs.

pub


Trailer - Les démons du maïs (1984)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Les démons du Maïs - Quand Kiersch rime avec quiche !
Par : Quentin Meignant
Tags : Diable et démons, Possession, Enfants tueurs

Quand Fritz Kiersch, néophyte total dans le monde du cinéma, se lance dans l’adaptation de la nouvelle de Stephen King, Horror kid, tout lemonde craint le pire. En effet, nombre de films tirés de la plumes du maître de l’horreur sont d’une nullité sans nom ! Les exemples (The mangler, Desperation, Trucks, Contes macabres, ...) ne manquent pas et prouvent que King est de loin l’écrivain le moins bien adapté à l’écran !

Certes, quelques réussites, telles que Shining, Rose Red et La tempête du siècle tentent de prouver le contraire, mais elles sont l’oeuvre de véritables orfèvres en la matière : Kubrick et Craig R. Baxley. On en vient donc à se demander pourquoi les producteurs ont décidé d’employer un réalisateur qui n’avait jusque là rien fait du tout...

Malgré ce manque d’expérience, le réalisateur sortit tout auréolé d’un succès inattendu au BIFFF de 1984 dont il repartit avec le titre de Meilleur film fantastique. Après avoir gagné cette récompense, le film fut aussi nominé, avec moins de succès, au titre du meilleur film au Festival d’Avoriaz 1985. On pensait donc que la machine était lancée et que la déferlante des enfants tueurs allait frapper l’Europe de plein fouet. On se mettait en fait le doigt dans l’oeil (au moins) jusqu’à l’omoplate !

En effet, parlons peu mais parlons bien, le film n’a en soi rien d’exceptionnel ! Hormis l’idée de la secte des enfants tueurs et plus catholiques que le pape, qui a de quoi choquer une Amérique puritaine et campagnarde, rien ne vient appuyer un rythme désolant. En fait, l’idée même du métrage vient de Stephen King et donc, l’oeuvre que nous avons sous les yeux n’est ni une révolution ni même une réussite !

Pourtant, les premières scènes laissent présager le contraire. Accompagnées d’une musique terriblement efficace et mise en valeur par une chorale d’enfants, ces dernières sont d’excellente facture. La tension et l’horreur sont bien présentes : entre une scène de tuerie dans un bar où les enfants égorgent tout adulte qui bouge et un pseudo-accident laissant un gosse sur le carreau, on peut affirmer qu’on n’a pas trop le temps de s’ennuyer.

Malheureusement, même lors de ces scènes, on sent vraiment le manque de moyens avec lequel ce film a été fait (ou plutôt bâclé !). La qualité de l’image fait presque penser au cinéma d’exploitation, genre qui n’en avait que faire des considérations esthétiques de la bande. Les images sont ternes et quelconques, si bien que l’intérêt du spectateur est d’emblée en plein déclin.

Hormis quelques contre-plongées, on ne peut pas dire que Kiersch soit fort à son affaire et, très vite, la lassitude nous gagne. Acun effet de caméra remarquable n’est présent tandis que le scénario est d’une platitude extrême. Malgré ces énormes défauts, on ne peut pas enlever au réalisateur tous ses mérites : même s’il le fait parfois de manière un peu trop « cliché », il sait faire monter le stress quand le besoin s’en fait sentir.

Ainsi, une certaine sensation de huis-clos accompagné de voyeurisme se fait jour quand le couple pénètre dans le village. Certes, ce n’est pas non plus du grand art mais on sent la volonté de bien faire et, à vrai dire, c’est déjà ça de pris pour un réalisateur qui depuis accumule les daubes !

On se dirige dès lors très vite vers une fin un peu ridicule où nous pouvons constater que le « Maître des sillons », véritable Dieu des enfants, serait une sorte de monstre qui explose avec l’essence. En fait, on se moque éperdument de ce qu’est réellement cette chose puisque cela fait bien longtemps qu’on a « décroché », pensant déjà à quel film on pourrait bien voir après ce carnage !

Le seul intérêt qu’on peut trouver au dénouement est de se moquer de la piètre qualité du jeu des jeunes acteurs. John Franklin interprète un Isaac fort proche de Mr. Bean tant physiquement que mentalement. Il donne pitoyablement la réplique à un Courtney Gains que l’on préfère voir aujourd’hui. Ce film, qui fait tache dans sa filmographie, doit d’ailleurs le hanter chaque nuit. Toute l’équipe de jeunes est chapeautée par les deux seuls adultes du film, Peter Horton et Linda Hamilton, qui, pour l’occasion, ont montré comment il ne fallait pas jouer à leurs cadets ! DÉPLORABLE !

Au final donc, on se retrouve avec une énième adaptation ratée d’une nouvelle de Stephen King. Un film à mettre en bonne place entre The Mangler et Contes macabres. Certes, c’est sympathique mais Kiersch n’a pas compris le but du cinéma : émouvoir un minimum ! Ce que le film ne fait à aucun moment...


Oeuvres liées :

Les démons du mais 2 (1993)
Les démons du mais 3 (1995)
Les démons du mais 4 (1996)
Les démons du mais 5 (1998)
Les démons du mais 6 (1999)
Les démons du mais 7 (2001)

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage