Critique de film

pub

Dark Memories

"Ring Around the Rosie"
affiche du film

A la mort de sa grand-mère, Karen se rend dans la maison de famille afin de mettre de l'ordre avant de la vendre. Mais rapidement, la jeune femme souffre de visions et les souvenirs de son enfance se transforment en cauchemars.

pub


Trailer - Dark memories (2006)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Dark Memories - Restera pas dans les souvenirs...
Par : Gore Sliclez

Karen revient dans la maison de son enfance à la suite du décès de sa grand-mère en compagnie de son compagnon Jeff. Très vite des cauchemars viennent la terroriser la nuit et la plongent tout doucement dans une folie paranoïaque qui semble prendre racine dans des évènements lointains de son existence. De plus, le gardien de la maison, Pierce, ne semble pas y être étranger et montre un comportement étrange voire trop familier avec Karen.

Première oeuvre pour un obscure réal répondant au nom de Rubi Zack, Dark Memories est le prototype même du film à ne pas regarder un vendredi soir après une semaine de boulot. Lent, long, le film présente une intrigue brouillonne, nébuleuse et sans suspens qui risque de perdre plus d’un spectateur en route. Après une introduction totalement bâclée, le scénario emprunte des raccourcis faciles et démontre un manque flagrant de crédibilité. Vous laisseriez vous votre nana, seule dans une vaste demeure isolée, alors qu’elle souffre visiblement de troubles mentaux tout ça pour aller au travail ? Et une jolie minette qui doit pas peser plus de cinquante kilos sur la balance qui accepte de dormir dans la cahute d’un bourru dont elle ne connaît rien de lui, ça vous paraît crédible, ça ?

À coups de portes qui claquent et de musique tonitruante qui martèle les moments forts pour finalement ne rien découvrir derrière... ces mêmes portes, le réal tente désespérément d’installer une atmosphère tendue, mais au bout du compte il faut bien reconnaître que c’est une bonne migraine qui attend l’amateur de sensations fortes. Les scènes, souvent filmées caméra à l’épaule, semblent ainsi se répéter de minutes en minutes quand elles ne sont pas tout simplement prévisibles (même le twist final c’est dire !) un peu comme le regard menaçant d’un Tom Sizemort (Pierce) dont on se demande encore ce qu’il vient faire dans cette galère n’arrivant décidément plus à rester à la surface depuis un certain Pearl Harbor en...2001.

L’arrivée de Wendy, la sœur de Karen, sous les traits fort appréciables de Jenny Mollen permet d’avaler quelque peu la pilule avant qu’enfin le film s’accélère (toujours lentement hein, on a le temps...) avec cette séquestration maladroite et risible opérée par l’ami Tom-Pierce (croyez-moi on ne vous brise pas le suspens tant c’est gros comme une maison) qui nous livre sans aucune originalité une pitoyable interprétation du psychopathe complètement barje qui pète les plombs, qui n’est vraiment pas content, qui ne comprend pas que l’on ne le comprenne pas et qui va pas bien mais alors pas bien du tout (dixit notre homme avec ses yeux fous, le rictus jusqu’à la paupière et la bave aux lèvres) !

Œuvre prétentieuse ou trop ambitieuse, Dark Memories présenté d’ailleurs sous de nombreux titres (c’est dire tout le brouillon qui entoure décidément ce film) n’arrive pas à nous captiver, use de subterfuges éculés (jusqu’à la fantasmagorie asiatique) et ressemble à s’y méprendre à un téléfilm du dimanche. À oublier au plus vite...

Commentaires sur le film

tout à fait délicieux !!

4 etoiles

je ne suis pas du tout d’accord avec la critique écrite ci-haut. Moi j’aime bien ce film le suspense est bon et l’intrigue aussi. Gina Philipps est tout à fait crédible et jamais je n’ai vue venir la twist finale. Critique un peu dur je trouve ! je donne comme note a ce film un bon 8/10.
Bravo encore !!

10 novembre 2009 à 09:11 | Par kokine26
Une calamité vouée à l’oubli.

0 etoiles

Des clichés du genre fantastique mal réalisés flottant sur une absence absolue de crédibilité réaliste, alors que le traumatisme et le refoulement sont les prétextes psychanalytiques de cette histoire. Un usage si abusif de la musique pour chercher à provoquer des émois chez le spectateur, qu’il ne provoque qu’irritation. Une tentative de superposition du réel et de l’hallucination et une approche de la confusion chronologique complètement ratée. De nombreuses scènes d’une nullité tout bonnement inconcevable. Ces sombres souvenirs sont clairement destinés à l’oubli.

24 août 2011 à 14:08 | Par Fred Bau

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 18075 photo 18076 photo 18077 photo 18078
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Jessie
2017
affiche du film
The Babysitter
2017
affiche du film
Ça
2017
affiche du film
The Black Room
2016
affiche du film
Spider-Man: Homecoming
2017
affiche du film
Okja
2017
affiche du film
Underworld: Blood Wars
2016
affiche du film
Wonder Woman
2017
affiche du film
Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
2017
affiche du film
The End
2016

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage