Critique de film

X-Men origins: Wolverine

"X-Men origins: Wolverine"
affiche du film
  • Genre : Fantastique, aventure, action
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 2009-04-29
  • Réalisateur : Gavin Hood
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 2h
  • Scénariste : David Benioff d'après les personnages créés par Stan Lee
  • Musique : Harry-Gregson Williams
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Hugh Jackman, Liev Schreiber, Danny Huston, Lynn Collins, Taylor Kitsch, Dominic Monaghan,...
  • Récompenses : aucune

Une évocation du passé de Logan / Wolverine, embarqué malgré lui dans le programme "Weapon X", qui transforme les mutants en armes vivantes.

Les critiques à propos de ce film

Critique de X-Men origins : Wolverine - Les griffus se déchirent
Par : Samuel Tubez


Hugh Jackman retrouve les poils et les griffes du mutant qui a fait de lui une superstar pour les besoins de ce spin-off nous dévoilant les sombres origines de Logan ainsi que toute l’affaire Weapon X. Plein de mutants, des conflits sauvages, de nombreuses manipulations et une histoire d’amour s’imbriquent dans ce maousse X-Men origins : Wolverine que les fans attendaient de pied ferme.

A la suite d’une tragédie familiale qui a provoqué l’émergence d’une violence bestiale enfuie en lui, Logan (né James Howlett) prend la fuite avec son frère Victor Creed (Sabretooth). Inséparables et indestructibles, les deux frangins combattent côte à côte en traversant les plus grands conflits de l’histoire. Bientôt, le colonel William Stryker leur propose de rejoindre une unité spéciale composée de mutants connue sous le nom de Team X. En désaccord avec les ordres immoraux donnés par Stryker, Logan abandonne l’équipe et se sépare de son frère. Six ans plus tard, Victor réapparaît dans la vie de Logan, assassinant sa bien-aimée. La quête de vengeance de Logan l’amènera à retrouver Stryker, qui expérimente sur lui Weapon X, renforçant son squelette d’adamantium et le transformant en l’indestructible Wolverine…

Passé une introduction où le petit Jimmy (Logan, donc) sort pour la première fois les griffes en s’en prenant à son papa et où il fuit avec son frère Victor (alias Dents de sabre), le film nous offre un générique du plus bel effet où les deux frangins traversent les plus grandes guerres de l’Histoire en défouraillant un max d’ennemis. C’est ce qu’on appelle communément un début franchement bandant, annonçant un film avant tout basé sur la dualité de ces deux personnages emblématiques de l’univers Marvel. Bien sûr, d’autres mutants entreront en lice durant le récit, mais pour la plupart leur présence ne sera que brève. Ainsi, Gambit, que l’on attendait tant, se voit offrir seulement deux petites scènes qui risqueront de laisser plus d’un fan sur sa faim. Dommage, car Taylor Kitsch (Des serpents dans l’avion) se débrouillait pas trop mal dans la peau du célèbre manipulateur de cartes. Ainsi, Bradley, Le Blob, John Wraith, Cyclope ou encore Deadpool, bénéficient chacun de leur scène, ce qui est déjà pas si mal si on compare aux apparitions anecdotiques des pauvres mutants du X-Men 3 signé Ratner. D’ailleurs Gavin Hood (oscar du Meilleur film étranger pour Mon nom est Tsotsi), passe ici aisément du statut d’auteur à Yes man « grâce » à ce rouleau compresseur qu’est Wolverine. Mais ne l’en blâmons pas, le réalisateur se débrouille pas trop mal en sein de cette entreprise qu’on imagine facilement ingérable et ce, grâce notamment à la détermination d’un Hugh Jackman présent également au poste de producteur. L’ensemble se laisse donc regarder sans ennui, le rythme étant assez soutenu, mais malheureusement sans grand enthousiasme non plus, les surprises et autres « twists » n’étant pas des plus originaux. Reste donc quelques scènes d’action bien torchées ainsi que la principale attraction de ce premier X-Men origins : la confrontation entre Wolverine et son double maléfique de frangin Sabretooth, interprété par un Liev Schreiber bien bestial.

X-Men Origins : Wolverine, malgré ses bonnes intentions, demeure un film d’action standard sans grande surprise. Certes, c’est sensiblement mieux qu’un X-Men 3 et on retrouve avec beaucoup de plaisir Hugh Jackman dans le rôle du célèbre mutant anti-héros, mais beaucoup risquent de déchanter, notamment en ce qui concerne le traitement de certains mutants ou même les fameuses origines annoncées par le titre. Le grand public y trouvera peut être son compte (à condition toutefois de connaître au minimum les deux X-Men de Singer), les connaisseurs, c’est moins sûr.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage