Critique de film

Warcraft: Le commencement

"Warcraft"
affiche du film
  • Genre : Fantastique, Aventure, Action
  • Année de production : 2016
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA, Chine, Canada
  • Durée : 2h03
  • Musique : Ramin Djawadi
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Le pacifique royaume d'Azeroth est au bord de la guerre alors que sa civilisation doit faire face à une redoutable race d’envahisseurs: des guerriers Orcs fuyant leur monde moribond pour en coloniser un autre. Alors qu’un portail s’ouvre pour connecter les deux mondes, une armée fait face à la destruction et l'autre à l'extinction. De côtés opposés, deux héros vont s’affronter et décider du sort de leur famille, de leur peuple et de leur patrie.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Warcraft : le commencement - Wowwww !!!!
Par : Fred Pizzoferrato


Attendu par des millions de gamers, l’univers de Warcraft arrive enfin sur les écrans. Créé en 1994, le jeu « Warcraft : Orcs and humans » connaît rapidement le succès et de nombreuses déclinaisons. La version en ligne World of Warcraft compte ainsi plus de douze millions d’abonnés en 2010. Parallèlement vont sortir des dizaines de romans, comics, mangas, jeux de société, jeu de rôle, etc. Dès 2006, la société Blizzard Entertainement annonce une adaptation « live » de la franchise. Plusieurs candidats s’annoncent (dont Uwe Boll), d’autres se désistent (Sam Raimi) avant que Duncan Jones ne soit choisi début 2013. Le tournage débute un an plus tard et les moyens investis (160 millions de dollars) assurent un spectacle grandiose en dépit d’un scénario classique.

Le royaume humain d’Azeroth vit en paix jusqu’à l’irruption d’une horde d’envahisseurs Orcs en provenance d’un monde à l’agonie. Les Orcs sont menés par le méchant sorcier Guldan qui utilise une puissante magie pour s’assurer la victoire. Le combat commence entre les deux races antagonistes…

On le voit l’intrigue ne cherche pas à innover et reste dans les thématiques classiques de la high-fantasy avec sorciers, guerriers, orcs, magie, elfes et nains (seulement entraperçus). Elle s’avère d’ailleurs peu aisée à suivre pour les non initié qui comprendront aisément la trame générale (basique à souhait) mais peut-être pas toutes les subtilités du récit. Qu’importe ! L’essentiel est le spectacle et celui-ci est généreux à souhait.
Après le petit budget de science-fiction Moon (sympa mais un peu emmerdant) et le déjà plus efficace Source code, Duncan Jones passe à la vitesse supérieure et livre de la bonne fantasy pétaradante. D’une durée de deux heures (suffisante mais un peu étonnante pour ce genre de blockbuster), Warcraft aligne les combats, les affrontements entre monstres et humains, les éclairs de magie,…Visuellement c’est magnifique et cela prouve que plus rien n’est aujourd’hui impossible au cinéma : on en a plein les yeux et les oreilles ! Tout est crédible, tout sonne juste, des créatures en images de synthèse aux décors eux-aussi « computer générés » absolument superbes, tout comme les costumes et les paysages. Tout est clinquant, tout est beau dans ce film qui nous emporte dans un tourbillon comme on n’en avait plus vu depuis la fin de la saga « Tolkien » de Peter Jackson.

L’alternance entre le point de vue des humains et celui des orcs, hérités des jeux vidéo, s’avère une autre excellente idée qui confère un surplus de dynamisme à un récit bien rythmé dans lequel on ne s’ennuie pas une minute. Et c’est bien là la plus belle qualité qu’on puisse trouver dans les salles de cinéma : celui de dépayser et de nous emmener dans un univers resplendissant plein de bruits et de fureur. Pas de répit, pas de temps morts, pas de blablas inutiles : de l’action et des effets spéciaux extraordinaires soutenus par une bande originale énervée qui colle parfaitement aux images sans toutefois posséder la moindre mélodie réellement mémorable. Mais ce n’est qu’un petit défaut bien pardonnable pour un film sans doute pas parfait mais tellement généreux qu’on a envie d’y replonger. Après le décrié et pourtant fort divertissant Gods of Egypt voici donc une bien belle réussite de l’aventure fantastique.

Vu la réussite de ce premier volet (qui se termine par un cliffhanger intéressant), on espère voir débarquer rapidement une séquelle que l’on espère encore plus impressionnante, grandiose et explosive. Et on souhaite également que d’autres franchises de fantasy (littéraires, dessinées ou vidéoludiques) connaissent les honneurs du grand écran pour que vive encore la grande aventure fantastique loin du quotidien !


Concours

Sondage