Critique de film

Volt

"Bolt"
affiche du film
  • Genre : Animation
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Chris Williams & Byron Howard
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h35
  • Budget : 150 millions de Dollars
  • Scénariste : Dan Fogelman & Chris Williams
  • Musique : John Powell
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : John Travolta, Miley Cyrus, Susie Essman, Mark Walton, Malcolm McDowell,… (voix originales)
  • Récompenses :

Pour le chien Volt, star d'une série télévisée à succès, chaque journée est riche d'aventure, de danger et de mystère - du moins devant les caméras. Ce n'est plus le cas lorsqu'il se retrouve par erreur loin des studios de Hollywood, à New York... Il va alors entamer la plus grande et la plus périlleuse de ses aventures - dans le monde réel, cette fois. Et il est convaincu que ses superpouvoirs et ses actes héroïques sont réels... Heureusement, Volt va se trouver deux curieux compagnons de voyage : un chat abandonné et blasé nommé Mittens, et un hamster fan de télé dans sa balle de plastique appelé Rhino. Volt va découvrir qu'il n'est pas nécessaire d'avoir des pouvoirs extraordinaires pour être un vrai héros...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Volt - Un chien électrisant !
Par : Samuel Tubez


Produit sous l’égide de John Lasseter (Toy Story, c’est lui !), Volt, premier film des studios Disney réalisé en 3-D (et ce, dès le tournage et non en post-prod comme un Chicken Little par exemple), est désormais disponible sur galettes pour notre plus grand plaisir. Et même si le spectacle qui se déroulera dans nos chaumières ne sera pas en relief, il n’en demeure pas moins un divertissement haut en couleurs et trépidant !

Volt est la star d’une série télévisée à succès dans laquelle il défie tous les dangers auprès de sa jeune maîtresse, Penny. Même lorsque les caméras s’arrêtent, le chien reste persuadé que le mal rôde toujours et que ses supers pouvoirs sont bien réels. Lorsqu’il se retrouve par erreur à l’autre bout du pays, Volt va expérimenter le monde réel tout en tentant de retrouver sa compagne humaine. Le chien super star rencontre alors sur sa route Mitaine, une chatte manipulatrice, ainsi que Rhino, un hamster accro aux séries, qui vont tous deux l’aider à retrouver les studios hollywoodiens où est restée Penny.

Passé une introduction trépidante digne des meilleurs films d’action/SF nous plongeant directement dans l’ambiance du show télévisé, le rythme de Volt ne faiblit presque jamais jusqu’au générique final. Parfait mélange d’action et d’humour (avec en prime une petite pointe d’émotion, Disney oblige), le long métrage de Chris Williams (scénariste sur Kuzco, l’empereur mégalo) et Byron Howard (chara designer sur Lilo & Stitch) trouve un équilibre plus que bienvenu. On ne le répétera jamais assez : il y a chez Pixar et Disney une intelligence et un respect du spectateur qui font qu’ils ne tombent jamais dans les excès propres à un produit made in Dreamworks, pour citer leur concurrent direct. L’humour est ainsi dépourvu de toute matière grasse, les dialogues sont irrésistibles et les situations, aussi invraisemblables soient-elles, s’imbriquent de manière cohérente dans un récit riche en émotions. Bref, tout le contraire d’un Shrek ou d’un Madagascar qui alignent les clins d’œil poussifs et les pets incessants dans un joyeux bordel ponctué de musique pop insupportable ! Mais l’auteur de ces lignes s’emballe et semble s’égarer, rappelons-le à l’ordre !

Donc, Volt, spectacle irrésistiblement drôle et joyeusement trépidant, ne laisse aucun détail de côté. Visuellement c’est à nouveau une petite claque (matez-moi ces variations de lumière ou ces détails dans les textures, c’est à tomber à la renverse !) et une attention toute particulière est opérée sur les personnages secondaires. Volt (qui bénéficie de la voix inimitable de John Travolta, d’où obligation de se le mater en v.o.) croise ainsi une jolie clique de personnages haut en couleurs : de la chatte Mitaine au déjanté hamster Rhino (qui volerait presque la vedette au clébard) en passant par les pigeons, chaque perso est soigneusement typé et ne laissera personne indifférent. Cerise sur le gâteau, c’est Malcolm McDowell (Halloween, Doomsday) qui assure la voix du Dr. Calico, ennemi juré de Volt dans la série télé. Une jolie brochette d’acteurs au casting voix, donc (auquel on peut ajouter la starlette Miley « Hannah Montana » Cyrus, mais ça on s’en tape un peu), au service d’un parfait divertissement où petits et grands trouveront leur plaisir. La formule fait peut être terriblement cliché mais elle est pourtant bel et bien d’application !

Volt est un divertissement de qualité que ne laisse presque aucune seconde de répit au spectateur. Que ce soit de l’action ou de l’humour, les scènes attrayantes s’enchaînent et l’on ne voit pas le temps passer. Une nouvelle réussite, donc, pour le groupe Disney et une petite renaissance même, en attendant le retour old school à l’animation 2-D avec le prometteur La princesse et la grenouille.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage