Critique de film

Vampire Girl vs Frankenstein Girl

"Kyûketsu Shôjo tai Shôjo Furanken"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Horreur - Gore
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Yoshihiro Nishimura, Naoyuki Tomomatsu
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h24
  • Scénariste : Naoyuki Tomomatsu, Shungiku Uchida
  • Musique : Kou Nakagawa
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Jiji Bû, Erina, Cay Izumi, Sayaka Kametani, Yukie Kawamura, Sayako Nakoshi, Aya Nishisaki,...
  • Récompenses : Troisième place du grand prix du film le plus énergique au Festival Fantasia 2009

Deux écolières sont entichées du même garçon. Mizushima est un mec séduisant avec sa coiffure adroitement négligée, ayant une singulière allure dans son uniforme dâ

Les critiques à propos de ce film

Critique de Vampire Girl vs Frankenstein Girl - Le renouveau d’un duo...
Par : Quentin Meignant






Bien connue pour ses excès aussi sanguinolents que drôles, la Fantastic Night du BIFFF 2010 eut le mérite de proposer, comme second mets de choix, le fameux Vampire Girl vs Frankenstein Girl, déjà connu dans le monde entier par l’entremise d’une bande-annonce synonyme de franche gaudriole. Faisant partie de la nouvelle vague nipponne mettant en scène sans autre forme de procès énucléations, explosions de têtes et autres délires gores sous le couvert de la comédie décérébrée, le métrage de Yoshihiro Nishimura et Naoyuki Tomomatsu faisait partie des valeurs sûres de 2009-2010. En effet, le premier ayant réalisé Tokyo Gore Police et le second ayant livré il y a quelques années l’excellent Stacy, la collaboration ne pouvait que donner satisfaction aux amateurs de bandes totalement barrées. Vampire Girl vs Frankenstein Girl ne s’embarrasse d’ailleurs même pas d’un pitch un temps soit peu sérieux puisqu’il suit deux écolières qui se sont entichées du même garçon. A la Saint-Valentin, l’une d’elles lui donne une boite de chocolats… contenant du sang vampire. Le but de la jeune fille est simple : elle veut qu’ils soient tous deux vampires, ensemble, pour toujours.

Comme toute bonne bande nipponne qui se respecte dans ce domaine précis, il ne faut guère attendre de Vampire Girl vs Frankenstein Girl qu’il respecte un quelconque mythe et ce, malgré son titre ultra-référentiel. Et, pour ce faire, Nishimura et Tomomatsu s’emploient dès les premiers instants à déconstruire ce qui aurait pu l’être pour placer directement leur action dans un espèce de carcan proche du manga. Caricaturaux, les personnages se livrent avec grand bonheur à une caméra virevoltante qui, si elle a bien du mal à se montrer stable, démontre néanmoins l’excellente capacité des deux réals à souligner les éléments comiques.

Poussant la caricature jusqu’à l’extrême limite, les deux cinéastes n’en oublient pas pour autant le gore, totalement jubilatoire, qui étreint l’œuvre de bout en bout. A l’inverse d’un Tokyo Gore Police qui s’était avéré bien trop long, Vampire Girl vs Frankenstein Girl parvient à se ménager de grandes séquences loufoques peuplées d’exagérations sanguinolentes totalement réussies. Bien plus réfléchi que son prédécesseur, le métrage n’en reste pas moins adressé à un public bien plus jeune tant l’influence des mangas semble grande. A ce titre, il semble que le scénario, d’habitude assez frêle pour ce type de d’œuvre, ait été travaillé plus en profondeur, Nishimura et Tomomatsu osant même un twist final excessivement drôle.

Délirant et caricatural, gore et agréablement rythmé, Vampire Girl vs Frankenstein Girl constitue sans aucun doute une grande réussite dans le panorama des bandes barrées japonaises qui, depuis le fabuleux Machine Girl, se cherchent un peu. Nishimura et Tomomatsu, après les critiques encaissées concernant Tokyo Gore Police, semblent avoir repris leurs destins en mains : ceux de deux grands artisans geeks…


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage