Critique de film

Tokyo zombie

"Tôkyô zonbi"
affiche du film
  • Genre : Horreur - Morts-vivants
  • Année de production : 2005
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Sakichi Satô
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h43
  • Scénariste : Sakichi Satô (scénario) / Yûsaku Hanakuma (manga)
  • Musique : Hiroshi Futami
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Tadanobu Asano, Erika Okuda, Sho Aikawa, Masaki Miura
  • Récompenses : Aucune

La décharge de Tokyo "le Black Fuji" c'est bien connu, on y jette de tout!! De la vieille machine à lessiver au corps de la belle-mère dont on aimerait se débarrasser!!! Malheureusement, les produits toxiques mélangés aux détritus et aux corps réveillent les morts... Fujio et Mitsuo,deux collègues de travail ne font rien d'autre que de s'entrainer au ju-jitsu, mais leur paisible journée va se transformer en combat pour la survie quand des zombies les assiègent!!

Les critiques à propos de ce film

Critique de Tokyo zombie - Un délire parfois pompant...
Par : Damien Taymans


Adapté du manga éponyme de Yûsaku Hanakuma, Tokyo zombie est un exercice particulier qui ne possède pas réellement d’équivalent dans le cinéma contemporain. Pourtant, on le sait, les films de morts-vivants sont certainement parmi les plus soumis à la dérive de leurs auteurs. En effet, étant donné qu’à peu près tout a déjà été fait, les réals ne cessent de vouloir renouveler le genre en lui donnant une facette personnelle. Et, dans ce domaine, les asiatiques ne sont pas en reste, on a pu le constater notamment avec La mélodie du malheur de Takashi Miike ou encore le Stacy de Naoyuki Tomomatsu.

En termes de références, on pourrait rapprocher Tokyo zombie du Shaun of the Dead d’Edgar Wright pour sa sempiternelle tentative humoristique même s’il s’en éloigne fortement au niveau de la finesse des propos. Tokyo zombie ressemble en réalité davantage à ses homologues asiats comme Stacy ou encore Bio zombie. Si l’humour arboré dès le départ de l’œuvre peut sembler de bon aloi durant les dix premières minutes, il gave assez rapidement à cause de son omniprésence. Gags qui ne dépassent que rarement le dessus de la ceinture, exagérations multiples et dérision malsaine à certains moments : le métrage utilise tout le panel de l’humour mais souvent à mauvais escient.

En réalité, cet humour grandiloquent est une tentative assez maladroite de combler le manque de moyens normalement pourvus pour les effets spéciaux. C’est que Sakichi Satô est doté d’une solide réputation puisqu’il fut notamment le scénariste de Gozu et d’Ichi the killer, deux métrages effarants de Takashi Miike. Utilisant son savoir-faire, le réalisateur parvient tout de même à nous amuser à certains moments et à nous combler en nous livrant un pastiche de genres relativement sympathique. Mélange d’horreur et de comédie, Tokyo zombie pointe également son nez du côté des films d’arts martiaux (combats entre zombies et humains) et de la satire sociale (imagination d’un monde où les riches feraient des pauvres leurs esclaves).

En clair, Tokyo zombie n’a pas le charisme que possèdent d’autres œuvres asiatiques sur le thème mais reste tout de même une bonne partie de plaisir.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage