Critique de film

The Wave

"Bølgen"
affiche du film
  • Genre : Action, Thriller, Catastrophe
  • Année de production : 2015
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Norvège, Suède
  • Durée : 1h45
  • Musique : Magnus Beite
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Le film raconte l'histoire d'une famille qui vit dans un fjord en Norvege. Le père de famille travaille pour l'institution qui s'occupe de surveiller la montagne qui risquerait de s'effondrer et de créer un tsunami qui raserait tout le village.

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Wave - Roar Uthaug fait des vagues
Par : Quentin Meignant


Ancien fer de lance de ce qui fut quelques temps considéré comme l’eldorado du cinéma de genre européen par le reste du monde, Roar Uthaug, l’auteur de l’excellent Cold Prey, a vécu quelques années difficiles, ce qui est très symptomatique des cinéastes scandinaves, happés par de grosses productions du style de Dagmar.

Il était donc temps de remettre l’église au milieu du village - ou, pour le coup, l’hôtel au milieu des montagnes - pour un cinéaste talentueux qui a donc décidé de livrer ni plus ni moins qu’un film de catastrophe naturelle en guise de retour. The Wave, comme son nom l’indique, traite d’une vague immense provoquée par l’effondrement spectaculaire d’une montagne norvégienne. Le personnage principal, un géologue merveilleusement campé par Kristoffer Joner, vu il y a peu dans l’oscarisé The Revenant, s’y voit contraint de sauver sa famille.
Bénéficiant de l’apport incroyable de cet acteur principal, Roar Uthaug mise aussi sur quelques seconds couteaux drôlement affutés du cinéma norvégien tout en donnant lieu non seulement à un film bardé d’action et de tension mais aussi au développement d’une magnifique photographie permettant aux spectateurs de se repaître de décors impressionnants.

Sorte de mélange entre The Impossible et le côté minéral de Délivrance, The Wave est une course contre la montre brillante avant de se muer en course contre la mort très plaisante. Si, à force de bons sentiments, le métrage rate de peu le statut d’oeuvre incontournable, les organisateurs du BIFFF ont fait bonne pioche en donnant une nouvelle chance à un cinéma scandinave que l’on espère sur le retour.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage