Critique de film

Ombre du Mal (L')

"The raven"
affiche du film
  • Genre : Thriller
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : James McTeigue
  • Pays d'origine : USA, Espagne, Hongrie
  • Durée : 1h51
  • Scénariste : Ben Livingston Hannah Shakespeare
  • Musique : Lucas Vidal
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : John Cusack, Alice Eve, Luke Evans, Brendan Gleeson, Sam Hazeldine
  • Récompenses : --

Les cinq derniers jours de la vie d'Edgar Allan Poe, lancé sur la piste d'un serial killer qui s'inspire des romans de l'auteur pour commettre ses crimes...

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Raven - Tuer encore ma Lénore ? Jamais plus.
Par : Samuel Tubez






Après un Ninja Assassin passé directement par la case dvd par chez nous, l’assistant réalisateur des Wachowski sur Matrix revient dans nos salles obscures après son V for Vendetta (2005, tout de même) pour nous proposer The Raven, une enquête mettant en scène le célèbre Edgar Allan Poe sur les traces d’un copycat vraisemblablement fanatique de son œuvre.

Parmi les nombreuses spéculations autour de la mort mystérieuse de l’auteur des Histoires extraordinaires, les scénaristes Hannah Shakespeare et Ben Livingston (rien de bien marquant à leur actif) ont choisi la plus improbable des théories pour livrer une fiction pure et simple. Un peu à la manière du Détective Phillip Lovecraft (Cast a deadly spell, 1991) de Martin Campbell qui transformait l’auteur de L’Appel de Cthulhu en détective privé, The Raven met donc Poe face à la matérialisation de ses œuvres. Si le concept s’avère excitant pour tous ceux qui ont lu ses contes et poèmes, le film tourne hélas très vite au whodunit convenu, usant les cordes du genre jusqu’à la rupture. Du Corbeau au Double assassinat dans la rue Morgue en passant par Le Masque de la Mort Rouge, tout Poe est littéralement cité, copié, retourné dans tous les sens jusqu’à l’écœurement. Trop de citation tue la référence et l’icône qui, même s’il est interprété par un John Cusack très convenable, finit donc par nous lasser. Forcément, le réalisateur de V for Vendetta a une fois de plus soigné l’esthétique de son film, livrant à ce sujet un travail une fois de plus remarquable (l’envol des corbeaux dans la brume, le meurtre façon Puits et le Pendule demeurent des séquences marquantes) et renforce la représentation de ses personnages par le biais d’élégantes lumières (la gueule – encore méconnue - de l’acteur Sam Sulfures Hazeldine sort ainsi du lot). Même si nos rétines ne s’en plaindront pas, cela ne suffit évidemment pas à faire de The Raven un bon film, qui tire bien trop en longueur avec ses rebondissements invraisemblables et son intrigue au final bien trop convenue.

Guère déplaisant (merci au directeur photo et au casting), The Raven ne parvient pas à tirer son épingle du jeu et finit par tomber dans les travers d’une intrigue criminelle ultra-référencée et répétitive. Ce faisant, nous ne pouvons que constater que, même par un minuit lugubre, le nouveau film de James McTeigue n’est hélas qu’un léger heurt, un whodunit de plus frappant à notre porte, ce n’est que cela et…rien de plus.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage