Critique de film

Killer Inside Me (The)

"The Killer Inside Me"
affiche du film
  • Genre : Thriller
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Michael Winterbottom
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h49
  • Scénariste : John Curran, Michael Winterbottom, Jim Thompson
  • Musique : Melissa Parmenter
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Casey Affleck, Jessica Alba, Kate Hudson, Ned Beatty, Elias Koteas, Simon Baker, Bill Pullman, Tom Bower, Brent Briscoe, Matthew Maher, Liam Aiken, Jay R. Ferguson
  • Récompenses : Aucune

Officier de police dans une petite ville du Texas, Lou entretient une liaison sulfureuse avec une prostituée follement amoureuse de lui. Mais pour Lou, elle nâ

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Killer inside me - Mon copain le tueur
Par : Quentin Meignant






Fort de nombreuses récompenses glanées dans les plus grandes compétitions européennes, notamment pour ses fabuleux In this World et The Road to Guantanamo, Michael Winterbottom fait sans aucun doute office de réalisateur populaire par excellence. Néanmoins, sa nouvelle réalisation, intitulée The Killer inside me, défraya véritablement la chronique lors du Festival de Berlin en 2010, au point que nombre de spectateurs quittèrent la salle, écoeurés par la violence froide dont faisait preuve le film. Toujours sur le qui)vive concernant de telles bandes, les organisateurs du 28ème BIFFF décidèrent donc de programmer le métrage lors de l’événement bruxellois. The Killer inside me suit Lou, un officier de police dans une petite ville du Texas, qui entretient une liaison sulfureuse avec une prostituée follement amoureuse de lui. Mais pour Lou, elle n’est qu’un moyen de se venger des hommes responsables de la mort de son demi-frère, et surtout d’apaiser ses penchants sadiques. Car le gentil Lou que tout le monde apprécie est en fait un dangereux et machiavélique sociopathe…

Réalisateur extrêmement prolifique, Michael Winterbottom est un véritable amoureux du cinéma et montre cette affection dès les premières minutes d’un Killer inside me qui tranche carrément avec ses réalisations précédentes. Entendant visiblement rendre un hommage très poussé aux films noirs, le cinéaste berce d’emblée sa bande avec nombre d’ingrédients spécifiques au genre. Entre photographie volontairement léchée et ambiance rétro-jazzy, The Killer inside me ne manque guère de faire penser à l’exceptionnel Fargo des frères Coen.

Certes, il n’y a guère de « sierra ocre », mais force est de constater que Winterbottom maîtrise son sujet comme un véritable maître du genre, livrant par ailleurs une intrigue très surprenante servie par des comédiens vraiment inspirés. Entre une Jessica Alba plus excitante et plus touchante que jamais et un Casey Affleck, assurant de concert la splendide voix off et son très important rôle, l’ensemble bénéficie de l’aura de son réalisateur et de ses intervenants. De manière placide tout d’abord puis avec l’intention inévitable de choquer, Winterbottom fait mouche. Dotant son métrage d’une séquence particulièrement dérangeante, ne tentant pas d’expliquer les raisons d’une telle violence à peine rationnelle, le cinéaste évite de fort belle manière le piège de l’édulcoration et livre d’ailleurs un final hautement perturbant.

Tantôt touchant et sexy, tantôt particulièrement troublant et dérangeant, The Killer inside me offre un regard décalé et hommageant sur les films noirs et Winterbottom signe là la meilleure tentative du genre de ces dernières années.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage