Critique de film

The Candidate

"Kandidaten"
affiche du film
  • Genre : Thriller
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Kasper Barfoed
  • Pays d'origine : Danemark
  • Durée : 1h30
  • Scénariste : Stefan Jaworski
  • Musique : Jeppe Kaas
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Kim Bodnia, Laura Christensen, Ulf Pilgaard, Nikolaj Lie Kaas, Tuva Novotny
  • Récompenses : Meilleure bande originale (Jeppe Kaas) au Robert Festival 2009

Jonasd Bechmann, avocat, décide d'enquêter sur la mort soi-disant accidentelle de son père. Il devra lutter contre des gens peu recommandables...

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Candidate - Candidat au machiavélisme manqué
Par : Quentin Meignant




Véritable eldorado du cinéma de genre, la Scandinavie fait le bonheur de nombreux cinéphiles grâce à des œuvres aussi variées que Morse, Dead Snow ou encore Cold Prey. Pas en reste, le Danemark a quant à lui proposé ces dernières années deux œuvres bien plus fines encore grâce à l’immense talent de l’un de ses cinéastes, Anders Thomas Jensen (Les Bouchers Verts, Adam’s Apples). Sans doute moins ancré dans les codes d’un genre qu’il ne cesse de vouloir renouveler, le Danemark dépeint avec froideur et humour des situations dont le surréalisme est roi. De ce fait, le Kandidaten, aka The Candidate, de Kasper Barfoed était largement attendu par les amateurs de suspens. Présenté lors du BIFFF 2009 comme un thriller machiavélique, The Candidate met en scène Jonas Bechmann, avocat dont le père est décédé dans un accident de voiture quelques mois plus tôt. Réfutant cette thèse, il décide de mener sa propre enquête. Après une nuit bien arrosée, il se réveille dans une chambre d’hôtel dans laquelle il découvre le cadavre d’une jeune femme. Acculé, Jonas va devoir prouver son innocence.

Après un générique judicieusement mis en scène et doté d’un score agréable, Barfoed se borne à doter son œuvre d’un caractère intimiste plutôt maladroitement exploité. Les plans serrés se multipliant de manière assez pompeuse et laissant entrevoir quelques plans-séquences foireux, il ne reste au spectateur qu’à s’intéresser à une intrigue bavarde. Des dialogues inintéressants et une ambiance dont la froideur rébarbative a tôt fait de lasser viennent saper les bases de l’aventure. Heureusement, la découverte du cadavre de la jeune femme vient quelque peu sortir l’ensemble du marasme, grâce à la bonne tenue d’un score palpitant.

Rythmée, cette séquence tranche carrément avec la suite du métrage qui s’enlise petit à petit, la faute à quelques approximations scénaristiques et à une intrigue de plus en plus décousue. Cette dernière n’a d’ailleurs bien vite plus lieu d’être puisqu’après une petite demi-heure, le réalisateur a fourni à ses spectateurs assez d’éléments pour résoudre l’énigme. Passant donc de machiavélique à chiantissime, le thriller met alors en scène des personnages caricaturaux qui livrent tous leurs secrets à chaque expression faciale. Tourné à la manière d’un téléfilm de la ZDF, The Candidate fait alors preuve d’un amateurisme incroyable, parsemé çà et là de quelques séquences tout de même assez sympathiques pouvant déboucher bien involontairement dans un bain de sang… qui n’aura pas lieu, Barfoed privilégiant un « machiavélisme » chiant et intellectuel. Dès lors, le cinéaste se livre à un final long et bavard dont ne ressort aucun élément positif ou un tant soit peu encourageant.

Naviguant entre film noir et thriller pseudo-machiavélique, The Candidate ne parvient jamais à trouver sa place dans le panorama d’un cinéma de genre qui n’avait certainement pas besoin de son « apport ». Creux malgré un score efficace, le film de Barfoed se profile comme le substitut parfait pour le téléphile en manque de Derrick…

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage