Critique de film

The Butterfly Room

"The Butterfly Room"
affiche du film
  • Genre : Thriller horrifique
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Jonathan Zarantonello
  • Pays d'origine : USA, Italie
  • Durée : 1h27
  • Scénariste : Jonathan Zarantonello, Paolo Guerrieri, Luigi Sardiello
  • Musique : Aldo De Scalzi, Pivio
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Barbara Steele, Ray Wise, Erica Leerhsen, Heather Langenkam, Ellery Sprayberry, Julia Putnam
  • Récompenses : --

Julie est une enfant solitaire qui fait la rencontre de sa voisine bien plus âgée, Ann. Il y a comme une connexion immédiate entre les deux femmes et bientôt naît un rapport de mère à fille. Mais, comme Ann détruit lentement la relation que Julie a avec sa propre mère, l’atmosphère devient de plus en plus pesante.

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Butterfly Room - Les faits papillon
Par : Samuel Tubez






Après le court métrage Alice, Jonathan Zarantonello, auteur du roman Alice dalle 4 alle 5 à l’origine de ce suspense lépidoptérophile, adapte cette fois son récit sur le format long par le biais de ce Butterfly room mettant en scène rien de moins que l’une des icônes du cinéma d’épouvante, la princesse Asa Vajda en personne, Barbara Steele.

Ann n’est pas une voisine du genre à vous inviter pour partager avec elle une galette et une petite goutte. Collectionneuse de papillons qu’elle épingle soigneusement sur les murs de sa chambre secrète, son background familial la pousse désormais à accueillir les petites filles victimes de parents démissionnaires. Ça tombe bien puisque sa petite voisine Alice, qui se situe dans la catégorie délaissée, va être attirée dans la toile de la femme acariâtre et découvrir, bien malgré elle, ses plus sombres secrets…

Malgré ses bonnes intentions, force est de constater que le suspense de Jonathan Zarantonello peine à surprendre et finit par rapidement tourner en rond. Très prévisible, The Butterfly Room tire en longueur et propose un cheminement assez pénible fait d’allers-retours incessants entre passé et présent, un gimmick utilisé par le réalisateur (également scénariste) uniquement dans le but d’allonger la durée de ce film qui aurait peut-être mieux fait de rester dans le cocon du format court. La platitude de la mise en scène ne fait qu’annihiler le peu de tension déjà présente dans un script qui s’attarde pourtant sur un sadisme tout particulièrement féminin, fait de persécution et de harcèlement moral, en lieu et place des sempiternelles violences physiques présentes dans les films de psychokillers masculins. Le réalisateur désirait, selon ses dires, faire de The Butterfly Room un film d’horreur féministe, mais force est de constater que la sauce ne prend pas, et que même l’image qu’il donne de la femme s’avère dans l’ensemble franchement peu flatteuse. Malgré toutes ses maladresses (du débutant ?), le film est cependant sauvé par un casting mené par la présence de la toujours impressionnante Barbara Steele (qui n’avait plus tenu de grand rôle depuis The Prophet de Fred Olen Ray en 1999 !) dans le rôle de la persifleuse Ann, ainsi que de quelques scream queens d’antan que l’on prend un grand plaisir de revoir sur l’écran. Ainsi, nous retrouvons ici réunies dans des rôles plus ou moins importants la Nancy des Griffes de la nuit (Heather Langenkamp), l’une des meilleures amies de Laurie Strode, Lynda, dans Halloween (P.J. Soles) ainsi qu’Alice, persécutée par Jason dans Vendredi 13 et sa suite (Adrienne King). De là à dire que The Butterfly Room, à l’instar d’un certain Expendables, ne vaut que pour son casting réunificateur, il n’y a qu’un pas…que nous franchissons aisément.

Prévisible et du coup terriblement pénible dans son dénouement appuyé par une mise en scène peu inspirée, The Butterfly Room ne vaut que pour la présence de Barbara Steele, impériale, ainsi que d’apparitions de scream queens venues du passé que les fantasticophiles les plus endurcis s’amuseront à reconnaître à tour de rôle. C’est mince, quand même !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage