Critique de film

The Apostles

"The Apostles"
affiche du film
  • Genre : Fantastique
  • Année de production : 2013
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Chine, Taiwan
  • Durée : 1h40
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Lorraine, jeune écrivain, souffre d’affreux maux de tête et de pertes de mémoire depuis un accident de la route. A tout cela s’ajoute de nombreux cauchemars. Suite au crash de l’avion transportant son mari, elle reçoit un appel depuis le téléphone du défunt. A l’autre bout, Ben, persuadé que sa femme Lynn et le mari de Lorraine entretenaient une liaison et avaient pour but de se rendre dans un ville appelée X. Ben et Lorraine, désirant en savoir plus, décident de se rendre dans cette ville mystérieuse sans savoir quels dangers les guettent.

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Apostles - De zaak Alzheimer
Par : Damien Taymans


Lorraine, romancière handicapée par de nombreuses pertes de mémoires (elle refait donc la déco de son appartement avec des post-it), peut compter sur son compagnon pour l’aider dans la gestion de son quotidien. Jusqu’à ce que ledit compagnon ne périsse dans un accident d’avion. Alors qu’elle vivote sans son garde-fou, elle reçoit un coup de téléphone passé avec le portable du défunt. Au bout du non-fil, un certain Ben, convaincu que sa propre épouse fricotait avec le mari de Lorraine et que les tourtereaux avaient l’intention de vivre les plus belles heures de leur adultère dans un village nommé X (prochaine destination d’Alan Deprez, à ce qu’on m’a dit). Désireux d’en apprendre plus, Lorraine et Ben décident de se payer un petit périple vers cette mystérieuse destination...

Alors que se boucle doucement la post-production de la séquelle de son consternant Zombie 108, intitulée Zombie Fight Club, Joe Chien s’invite à nouveau à Bruxelles pour présenter son The Apostles. Nouvelle œuvre bâtarde pour le réalisateur, deux ans après avoir maladroitement picoré dans le torture-porn, l’actioner et le film de zombies, qui récidive en optant pour une trame propre au road movie agrémentée de slasher découlant vers une sombre (et échevelée) histoire de secte sataniste. Après une exposition plutôt intrigante (deux inconnus se voient embarqués dans une aventure malgré eux suite à la disparition de leur conjoint respectif), le récit se délite et perd en intérêt. A mesure que les protagonistes s’enfoncent dans l’arrière-pays, le mystère s’évapore et le récit part à vau-l’eau. Et ni les visions traumatiques de l’héroïne ni les étranges apparitions qui parsèment leur route ne suffiront à maintenir la curiosité du spectateur qui a d’emblée compris les tenants et aboutissants du script. The Apostles, comme ultime arme de distraction massive, distribuera encore l’un ou l’autre twist en fin de parcours mais l’affaire est entendue depuis bien longtemps.

Pourtant, cette deuxième œuvre du cinéaste se révèle bien plus riche et intéressante que sa précédente. Outre l’une ou l’autre bonne mise en images étonnante, le récit s’appuie enfin sur des protagonistes dotés d’un zeste de psychologie et développe en vain un semblant d’atmosphère lovecraftienne, avec son lot de créatures immondes émergeant du trou du cul du monde. Les nobles intentions se voient d’emblée étouffées par un flagrant manque de rythme et une ligne narrative par trop prévisible.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage