Critique de film

Sweeney Todd: le diabolique barbier de Fleet Street

"Sweeney Todd: The Demon Barber of Fleet Street"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 1936
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : George King
  • Pays d'origine : Angleterre
  • Durée : 1h07
  • Scénariste : George Dibdin-Pitt, Frederick Hayward, H. F. Maltby
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Tod Slaughter, Stella Rho, John Singer, Eve Lister, Bruce Seton
  • Récompenses : Aucune

Sweeney Todd, barbier londonien, accueille des clients fortunés dans son salon afin de les assassiner et de les dépouiller de leur bourse...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street - La cinémathèque présente...
Par : Gore Sliclez


Sweeney Todd, barbier londonien, accueille des clients fortunés dans son salon avant de les assassiner et les dépouiller de leur bourse. Pour ce faire, celui-ci a aménagé sa chaise de travail en renversant (c’est le cas de le dire) piège à con. Mais amoureux d’une jeune dame de bonne famille sans le sou, il va attiser la jalousie de sa compagne dans la vie, complice par la même occasion, et commettre ainsi ses premières erreurs…

Célèbre légende du XIX siècle, Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street, n’a cessé d’alimenter l’imagination des cinéastes, écrivains et autres artistes. Déjà en 1926 et 1928, deux courts métrages muets étaient dédiés à "l’artiste", mais c’est en 1936 avec l’adaptation de George King que le cinéma va lui rendre réellement hommage pour la première fois. King, réalisateur prolifique des années 30, s’entoure d’acteurs connus comme notamment la présence de Tod Slaughter, célèbre pour ses interprétations de criminels sanguinaires.

S’ouvrant sur un superbe plan d’une rue principale londonienne des années 30, un barbier raconte à son client la célèbre légende et nous plonge par la même occasion dans des décors très cheap de la capitale Victorienne au 19ème . Réalisé dans les studios de Shepperton, Sweeney Todd souffre malheureusement d’une mise en scène et d’un montage difficiles exposant de manière flagrante et naïve le côté bricolage du film. La parenthèse africaine où l’on voit un marin pris d’assaut dans sa maison par une horde de sauvages est hilarante de naïveté avec par exemple ces coupures grossières avant-après de la victime recevant une flèche dans le bide.

Et que dire de l’interprétation très cinéma expressionniste de Slaughter qui doit se gourer de héros (Nosferatu ?) et son rire démoniaque très appuyé à la Vincent Price agaçant au bout de quelques écoutes.

On pardonnera évidement les manquements du film en raison de l’époque novatrice mais difficile du cinéma, et on s’attachera plus sans doute à regarder celui-ci comme un témoignage cinématographique d’une époque révolue que comme l’adaptation choc de la légende originale d’un serial killer bon chic bon genre. On regrettera néanmoins cette théâtralisation du film et ce manque d’audace, ne dévoilant aucune victime décédée, ni la moindre goutte de sang, ce qui pour un barbier qui égorgeait ses victimes est un peu pauvre. Pour le reste, l’atmosphère de ce Londres d’époque est merveilleusement retranscrite dans l’œuvre de King grâce aussi à un scénario très bien travaillé et adapté. Sympa à revoir donc que ce vieux série B…


Oeuvres liées :

Sweeney Todd (2006)
Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet street (2007)

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage