Critique de film

Starship Troopers 3: Marauder

"Starship Troopers 3: Marauder"
affiche du film
  • Genre : Science fiction
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Edward Neumeier
  • Pays d'origine : USA, Afrique du Sud, Allemagne
  • Durée : 1h45
  • Budget : 20 millions de dollars
  • Scénariste : Edward Neumeier
  • Musique : Klaus Badelt & Ian Honeyman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Casper Van Dien, Jolene Blalock, Boris Kodjoe, Stephen Hogan, Amanda Donohoe,…
  • Récompenses :

La guerre contre les Arachnides continue. Après qu'un vaisseau de la Fédération se soit écrasé sur la lointaine planète OM-1 occupée par les Parasites, à bord duquel se trouvaient le Sky Marshall Anoke ainsi que le pilote Lola Beck, le Colonel Johnny Rico, vétéran de la Fédération et héros de l'incursion fédérale sur la planète P, prend le commandement de Troopers pour partir en mission de sauvetage.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Starship Troopers 3 : Marauder - Kill’em all !!
Par : Samuel Tubez






Quand le scénariste de Robocop et des précédents Starship Troopers prend lui-même les commandes d’un troisième opus sur la guerre contre les arachnides, ça donne un Marauder à l’esprit subversif bien pesé. Would you like to know more ?

La guerre contre les Arachnides continue. Après qu’un vaisseau de la Fédération se soit écrasé sur la lointaine planète OM-1 occupée par les Parasites, à bord duquel se trouvaient le Sky Marshall Anoke ainsi que le pilote Lola Beck, le Colonel Johnny Rico, vétéran de la Fédération et héros de l’incursion fédérale sur la planète P, prend le commandement de Troopers pour partir en mission de sauvetage.

Pourtant diablement excitante, la franchise Starship Troopers ne possède guère de suite rivalisant avec le modèle orchestré par Paul Verhoeven en 1997. Évidemment, il n’est pas aisé de passer après le génial Paulo mais, plutôt que de sombrer vers le Z, la série aurait peut être pu engendrer quelques perles de la série B. Trop ambitieux au vu de son budget, ce troisième opus tente d’effacer la frustration du second opus signé Phil Tippet en renouant avec l’esprit de l’original. Le discours est ainsi ouvertement subversif, les fameuses émissions de la Federal Network démontrant ici plus que jamais une propagande totalement abrutissante menée par le Sky Marshall Omar Anoke, un fasciste adulé par les foules chantant avec force « It’s a good day to die ». La politique et ses divers penchants en prennent ainsi pour leur grade et Edward Neumeier lance même quelques torpilles sur la religion, semant le doute dans le cœur des troopers croyants. Le cynisme est donc plus que jamais de la partie dans Marauder et cela fait rudement plaisir à voir, surtout dans un monde du direct to video peu habitué à ce genre de bouleversements contre l’ordre établi. Le script reprend même des éléments du film de Verhoeven comme par exemple le triangle amoureux ou les intrigues parallèles, mais il manque à Edward Neumeier un réel talent de metteur en scène pour élever le tout à un niveau respectable.

Le réalisateur, dans sa grande générosité, a également tenu à nous offrir un maximum de scènes d’action où ces saletés de Parasites se font exploser, quitte à accumuler les effets bâclés. Cela ne pardonne pas car, hélas, les effets visuels font souvent peine à voir. On replonge ainsi régulièrement dans le Z, et ce n’est surement pas la réapparition du Brain Bug capturé à la fin du premier opus qui me fera écrire le contraire (ni ces horribles robots géants cousins du Robojox de Stuart Gordon). Dommage, car avoir des idées c’est très bien, mais pouvoir les montrer dans toute leur splendeur, c’est encore mieux !

Gênant de par son côté cheap, Starship Troopers 3 : Marauder maintient l’intérêt grâce à ses idées, son ton corrosif et le retour de Casper Van Dien dans le rôle de Johnny Rico. Un épisode qui vaut donc la peine d’être découvert, malgré ses maladresses et ses scories entêtantes. Come on you apes, you wanna live forever ?


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage