Critique de film

Spider-Man

"Spider-Man"
affiche du film
  • Genre : Fantastique - Super-héros
  • Année de production : 2002
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Sam Raimi
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 2h01
  • Budget : 139 millions de dollars
  • Scénariste : Stan Lee, Steve Ditko (comic) / David Koepp (scénario)
  • Musique : Danny Elfman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Tobey Maguire, Willem Dafoe, Kirsten Dunst, James Franco, Cliff Robertson, Rosemary Harris, J.K. Simmons, Joe Manganiello, Gerry Becker, Bill Nunn, Jack Betts
  • Récompenses : Saturn Award de la Meilleure musique en 2003
    BMI Film Music Award en 2003
    Bogey Award in Gold en 2002
    Empire Award de la Meilleure actrice (Kirsten Dunst) en 2003
    MTV Movie Awards de la Meilleure actrice (Kirsten Dunst) et du Meilleur baiser en 2003

Orphelin, Peter Parker est élevé par sa tante May et son oncle Ben dans le quartier Queens de New York. Tout en poursuivant ses études à l'université, il trouve un emploi de photographe au journal Daily Bugle. Il partage son appartement avec Harry Osborn, son meilleur ami, et rêve de séduire la belle Mary Jane. Cependant, après avoir été mordu par une araignée génétiquement modifiée, Peter voit son agilité et sa force s'accroître et se découvre des pouvoirs surnaturels. Devenu Spider-Man, il décide d'utiliser ses nouvelles capacités au service du bien. Au même moment, le père de Harry, le richissime industriel Norman Osborn, est victime d'un accident chimique qui a démesurément augmenté ses facultés intellectuelles et sa force, mais l'a rendu fou. Il est devenu le Bouffon Vert, une créature démoniaque qui menace la ville. Entre lui et Spider-Man, une lutte sans merci s'engage.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Spider-man - Super Raimi
Par : Samuel Tubez


« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. » Et mine de rien, en signant cette adaptation ciné d’un des comics les plus connus et appréciés au monde, Sam Raimi, qui est au demeurant un grand amateur de l’œuvre de Stan Lee, a pris un sacré risque. Avant de découvrir la bête sur grand écran, les inquiétudes fusaient de toute part : un Bouffon vert au look trop « Bioman », des écarts divers vis-à-vis du support d’origine,… les fans ont tremblés. Mais à la vision du film, on ne peut que s’incliner devant la réussite des travaux accomplis.

Dans le Spider-Man de Sam Raimi, tout fonctionne à merveille. Entre la tragédie shakespearienne et l’adaptation de comics parfaitement assumée, le film garde une homogénéité ahurissante. Et pourtant, il y en a des choses dans Spider-Man : du drame avec la mort de l’oncle Ben, de la folie schizophrène avec Norman Osborn (excellent Willem Dafoe), de l’émouvante empathie avec tante May, de la romance avec Mary Jane, j’en passe et des meilleures. Peu de films du genre parviennent à synthétiser autant d’éléments dans un seul long métrage ! Le tour de force de Sam Raimi est indéniablement d’avoir réussi à inclure les multiples états d’esprit du comics dans un long métrage de 2h. Durant tout ce temps (qu’on ne voit pas passer), on suit un Peter Parker (Tobey Maguire, parfait) qui découvre ses pouvoirs lors de scènes terriblement amusantes, qui explose de rage et déchaîne ses nouveaux pouvoirs lorsque son oncle est assassiné lors d’une scène hautement jouissive et graphique, qui tente tant bien que mal à cacher sa double identité au risque d’y perdre l’amour de sa vie et qui affronte son premier véritable ennemi/nemesis en la personne du Bouffon vert.

Derrière le costume, il y a toujours un être humain qui pense, qui vibre, qui souffre, et ça, le réalisateur ne l’oublie jamais. Tout comme il n’oublie pas de nous en mettre plein la vue et de nous faire plaisir. Les scènes d’action sont magnifiquement rythmées et découpées, la caméra virevolte dans des travellings et plans séquences totalement maîtrisés, l’esthétique est superbement bariolée et les plans font directement références à des cases de BD. De plus, on a droit à de réjouissants caméos où apparaissent rapidement Stan Lee, Bruce Campbell ou encore Ted Raimi. Je ne manquerai pas d’ajouter que tous les acteurs sans exception incarnent leurs personnages à la perfection (mention spéciale à J.K. Simmons qui interprète un J. Jonah Jameson totalement réjouissant) et que la majestueuse musique de Danny Elfman ajoute la dernière touche indispensable à l’édifice. Si avec tout ça, vous n’aimez pas Spider-Man, c’est que vraiment les films de super héros ne sont pas faits pour vous.

En véritable fan, le réalisateur d’Evil Dead maîtrise son sujet et livre le film de super héros virevoltant et ébouriffant tant attendu. Entre grand spectacle et grande figure tragique, Spider-Man est à la hauteur des espérances. La suite, vite !


Oeuvres liées :

Spiderman 2 (2004)
Spider-man 3 (2007)

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage