Critique de film

Seoul Station

"Seoulyeok"
affiche du film
  • Genre : Animation, Horreur
  • Année de production : 2015
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Corée du Sud
  • Durée : 1h32
  • Musique : Jang Young-gyu
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Une pandémie zombie gagne Seoul Station...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Seoul Station - Zombies SDF
Par : Samuel Tubez






Connu pour ses deux précédents métrages récompensés à travers le monde (The King of Pigs et The Fake), le sud-coréen Yeon Sang-ho n’est pas non plus passé inaperçu au 34e BIFFF avec sa nouvelle œuvre animée, Seoul Station, auréolée du Corbeau d’Argent 2016.

Plongée dans le quartier de la gare de Séoul envahi par une épidémie zombie au travers d’une poignée de personnages issus de classes différentes. Un père à la recherche de sa fille que son petit-ami pousse à la prostitution et des sans-abris premières victimes de l’invasion. L’invasion se répand et le gouvernement isole complètement le secteur, laissant les derniers survivants à leur sort.

Yeon Sang-ho articule ainsi son récit autour des exclus de la société, créant un contexte social fort qui s’inscrit dans l’héritage romérien. Des intentions tout à fait louables qui auraient peut-être méritées d’être exploitées de manière plus mordantes, tout comme la pression communiste seulement vaguement évoquée, Seoul Station manquant au final sérieusement de férocité. L’intensité n’y est jamais vraiment présente et le sort des personnages pâtit de cette arythmie chronique. Difficile de s’attacher à qui que ce soit et d’être véritablement happé par le récit dans ces conditions, même si l’animation, un brin trop classique, est dans l’ensemble correcte et que le design adopté offre parfois des arrière-plans sous forme de peintures macabres notables. Pour ce qui est des infectés, ils galopent comme des enragés et ne bénéficient pas d’un look particulièrement marquant. Rien de bien neuf sous le soleil de Séoul, donc, malgré un début prometteur s’attardant véritablement sur les sans-abris (un peu abandonnés dans la suite du récit) et une conclusion particulièrement pessimiste qui termine le film sur une touche très amère.

Malgré des échos sociaux interpellant et une animation stylée sans être révolutionnaire, Seoul Station peine à fasciner par son manque de véritable impact. Un peu trop mou, des thématiques pas suffisamment exploitée, le film de Yeon Sang-ho reste néanmoins une œuvre animée plutôt unique en son genre de par sa provenance et son contexte.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage