Critique de film

Scary Movie 5

"Scary Movie 5"
affiche du film
  • Genre : Parodie
  • Année de production : 2013
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Scary Movie 5 suit trois danseurs, un vétéran et deux jeunots, qui, dans la vie de tous les jours, sont aussi des amis. Les choses changeront lorsqu’ils devront faire face à un nouveau directeur arrogant, distant, autoritaire et porté sur le sexe...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Scary movie 5 - Parodie pas rôdée
Par : Damien Taymans


Depuis son troisième opus, la saga Scary Movie s’est transformé en cimetière des éléphants vers lequel claudiquent les succès du box-office pour mourir indignement sous des nuées de spasmes rigolards. Plus de retour en arrière possible pour revivre les belles heures du collectif ZAZ : la franchise persévère dans une formule qu’elle a elle-même composée, d’épisode en épisode. Le pastiche est toujours de mise mais il se voit noyé par les références à la pop culture, comme ces traditionnels caméos faisant intervenir dans la séquence d’ouverture un people venu jouer la carte de l’auto-dérision. A Carmen Electra et Pamela Anderson succède Lindsay Lohan opérant mille et une facéties en compagnie de Charlie Sheen, un habitué de la série, sur fond du générique de Benny Hill. L’introduction indique d’emblée que Scary Movie 5 se contentera de reposer sur ses lauriers en taquinant le bas-ventre (la scène illustre une partie de jambes en l’air virant à la gymnastique artistique) et en privilégiant un sens de l’absurde typiquement américain, le "ground zero" du genre (Lindsay Lohan, innocentée par une kyrielle de caméras de surveillance concernant le meurtre de son amant, sera quand même placée sous les verrous).

La culture populaire soit essuyer par la suite de nouveaux assauts puisque, conforme à une certaine rigueur, Scary Movie 5 ne pète pas plus haut que son cul et pille allègrement dans le panier du genre : Black Swan, Mama, Paranormal Activity, La Planète des singes : les origines et Evil Dead se transforment en rats de laboratoires pour la cause rigolarde et leurs scènes mythiques sont méticuleusement dépiautées puis régurgitées à la sauce scatologique. Paresseux, le script recycle des idées des précédents épisodes et actionne les mêmes touches de la machine à rire : claques, dérapages, pets. A force, la mécanique s’enraye : la récitation d’une formule magique détournée d’Evil Dead donne lieu à des scènes de mutilation qui se répèteront par trois fois. Le détournement agace, le comique de répétition se montre par trop répétitif, les caméos deviennent à peine reconnaissables. Bref, ce cinquième volet atteste de l’essoufflement de la composition.

Malgré une durée très courte (85 minutes au compteur) et une production plutôt prometteuse, Scary Movie 5 déçoit et frustre avec sa parodie mal branlée qui se traîne péniblement. Au fil des ans, la saga s’est abêti, à l’image de son héroïne Cindy Campbell (l’appétissante Anna Faris) remplacée par la minette Ashley Tisdale (High School Musical), au point de se confondre avec les frasques de Seltzer et Friedberg (Spartatouille, Mords-moi sans hésitation). Une régression freudienne vers le stade anal. Il serait temps pour Zucker et ses ouailles de consulter...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage