Critique de film

Sanctuaire

"La chiesa"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 1989
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Michele Soavi
  • Pays d'origine : Italie
  • Durée : 1h42
  • Budget : 3,5 millions de dollars
  • Scénariste : Dario Argento, Franco Ferrini, Michele Soavi, Lamberto Bava
  • Musique : Keith Emerson, Philip Glass, Goblin, Fabio Pignatelli
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Hugh Quarshie, Tomas Arana, Feodor Chaliapin Jr., Barbara Cupisti, Antonella Vitale, Giovanni Lombardo Radice, Asia Argento, Roberto Caruso
  • Récompenses : Aucune

Dans une très vieille église gothique, bâtie sur les corps de villageois accusés de satanisme et décimés au Moyen Age, Evald, un jeune bibliothécaire, va sans le vouloir, réveiller les forces du Mal...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Sanctuaire - La crypte de Soavi
Par : Damien Taymans


La saga des Démons produite par Dario Argento et réalisée par Lamberto Bava vient de proposer deux épisodes d’inégale facture. Le premier métrage marque les esprits en raison de son pitch original (pensez donc, des démons qui sortent de l’écran d’un cinoche, c’est pas courant) tandis que le deuxième s’englue dans une répétition peu attrayante des schémas capitalisants de l’épisode précédent. Devant le refus de Bava fils de reprendre le flambeau qu’il vient de lâcher, c’est finalement Michele Soavi, ancien assistant des deux réalisateurs précités qui a également officié sur Démons qui reprend en main ce troisième épisode sous l’égide d’un Argento à la prod’ comme au scénar’.

Un nouveau bibliothécaire est engagé dans une église construite sur un ancien charnier moyenâgeux. Flirtant d’un peu trop près avec la restauratrice (qui a de bien jolis yeux) ainsi qu’avec la crypte (qui a de bien jolies briques), le nouveau venu déclenche la résurrection de démons enfouis dans le sol depuis des siècles et des siècles (amen !).

Intrigue différente de celles qui faisaient l’attrait des deux précédents épisodes, démons quasiment effacés au profit d’une construction narrative fort descriptive, manque de rythme cruel, Démons 3 n’est qu’un pâle représentant de la saga entamée par Argento et Bava. Après un prologue moyenâgeux fort indigeste, le métrage s’embourbe pendant près d’une heure dans une exposition inintéressante des personnages et des lieux. Figures archétypales, les dits protagonistes apparaissent en mode aléatoire, selon la volonté du réalisateur, pour encombrer l’écran de leur vécu insipide. Le bonheur de retrouver la délicieuse Barbara Cupisti (Opéra, Bloody bird, Dellamorte Dellamore) et d’entrevoir la déjà mignonne Asia Argento qui occupa le plateau de Démons 2 mis à part, cette palette de caricatures mal façonnées n’amplifie que l’aspect fort convenu du métrage comme c’était déjà le cas dans le Bloody bird de Soavi.

Après cinquante visites dans la crypte, dix évocations d’un parchemin décrivant la malédiction imminente, vingt-deux manifestations symbolisant l’arrivée des démons, le spectateur ne peut s’empêcher de bayer aux corneilles, risquant tout de même de faire repasser son repas de midi en raison des scènes de meurtres sympathiquement gore assez rarement déployées.

Malgré un final qui rehausse le niveau du film, Sanctuaire n’est en fin de compte qu’un fourre-tout scénaristique incompréhensible comportant son lot de scènes incohérentes (la maîtresse tuée devant les enfants sans qu’aucun ne sourcille !?) rendues indigestes par le biais d’un montage chaotique.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage