Critique de film

Retour vers le futur 3

"Back to future Part III"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Science-Fiction - Terrestre
  • Année de production : 1990
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Robert Zemeckis
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h58
  • Budget : 40 millions de Dollars
  • Scénariste : Robert Zemeckis, Bob Gale
  • Musique : Alan Silvestri
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Mary Steenburgen, Thomas F. Wilson, Lea Thompson, Elisabeth Shue, James Tolkan, Matt Clark, Dub Taylor, Harry Carey Jr., ...
  • Récompenses : Meilleur Acteur et Meilleur second rôle (Thomas F. wilson) aux Saturn Awards 1991
    Meilleure musique de film aux BMI Film & TV Awards 1991
    AOL Movies DVD Premiere Award aux DVD exclusive Awards 2003

Accomplissant un vieux rêve, Doc Brown s'est retrouvé projeté au Far West de 1885. En danger, Doc Brown a réussi à prévenir son ami Marty qui repart dans le passé pour le sauver. Mais Doc tombe amoureux et l'espace-temps risque une fois de plus d'être modifié...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Retour vers le futur 3 - L’épisode de trop
Par : Quentin Meignant


Robert Zemeckis avait marqué les 80’s en proposant un film de SF délirants et bon enfant du nom de Retour vers le futur en 1985. Quatre ans après ce succès planétaire, le génial Robert décidait de remettre le couvert en proposant une suite directe aux aventures de Marty McFly. L’année suivante, en 1990, un troisième épisode sortait, mettant en scène une nouvelle séquelle directe se déroulant juste avant les événements des deux opus précédents. Après son voyage mouvementé entre passé, présent et futur, Marty McFly apprend par une lettre vieille de cent ans que son vieil ami Emmett "Doc" Brown se serait crashé en 1880 au volant de sa DeLorean, restant ainsi prisonnier du far-west, sous la menace de Buford "Molosse" Tannen qui s’est juré de le tuer. Il n’a que cinq jours pour retrouver Doc et le ramener vivant vers le présent...

Pour ce troisième opus, Robert Zemeckis agit sans aucune doute selon la maxime « On ne change pas une équipe qui gagne ». Mêmes acteurs, même score réjouissant et intrigue quasi identique sont en effet à l’affiche de ce Retour vers le futur 3. Néanmoins, le manque de liant par rapport aux deux premiers épisodes se remarque d’emblée. Alors que les deux opus précédents semblaient s’accorder parfaitement sur la marche à suivre, Retour vers le futur 3 offre dès l’entame une intrigue qui semble un peu trop tirée par les cheveux. Si la loufoquerie habituelle de la saga permet certaines prises de liberté aux scénaristes Bob Gale et Zemeckis, l’intronisation d’éléments tout droit sortis du western dans le script paraît surfaite. Bien entendu, le mélange science-fiction/cow-boy peut paraître original et sympathique mais c’est avant tout le seul moyen trouvé par les créateurs pour tenter de se renouveler à travers une saga qui avait déjà montré des signes d’essoufflement lors du final de Retour vers le futur 2.

Au-delà de ces considérations scénaristiques, Retour vers le futur 3 se présente de manière (trop) identique à ses deux prédécesseurs. Mettant en scène un Doc Brown toujours aussi loufoque, le film peine à se réinventer tirant un peu trop sur une corde fortement élimée. Ainsi, aucun élément véritablement novateur ne se dévoile clairement et Zemeckis procède à de simples copier-coller, au détriment d’une intrigue qui aurait pu s’avérer bien plus romanesque. Pire encore, en essayant de distiller un humour encore plus puissant qu’avant, le réalisateur se vautre quelque peu dans le traitement de ses personnages. Pas vraiment drôles, ceux-ci sombrent la plupart du temps dans un grand-guignol de mauvais aloi encore renforcé par une intrigue amoureuse flirtant langoureusement avec la guimauve. Dès lors, le film ne présente que fort peu d’intérêt, si ce n’est celui de suivre une dernière fois les aventures de sympathiques héros que l’on avait appris à apprécier.

Retour vers le futur 3 constitue donc un bien décevant dernier volet pour cette trilogie légendaire. Autant les deux premiers opus faisaient preuve d’une loufoquerie de bon goût, autant celui-ci peine à tenir la longueur, tant au niveau de l’intrigue que de l’humour. Triste constat d’échec pour un Zemeckis qui a néanmoins créé un véritable mythe qui, aujourd’hui encore, fait rêver petits et grands.


Oeuvres liées :


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage