Critique de film

Ratatouille

"Ratatouille"
affiche du film
  • Genre : Animation, Comédie, Aventures
  • Année de production : 2007
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Brad Bird, Jan Pinkava
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h51
  • Budget : 150 millions de dollars
  • Scénariste : Brad Bird, Jan Pinkava, Jim Capobianco, Emily Cook, Kathy Greenberg, Bob Peterson
  • Musique : Michael Giacchino
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Ian Holm, Patton, Oswalt, Lou Romano, Peter O'Toole, Brad Garrett, Janeane Garofalo, Will Arnett, Brian Dennehy, Pater Sohn, James Remar
  • Récompenses : Oscar du meilleur film d'animation en 2008
    Meilleur film d'animation et meilleur scénario aux Saturn Awards 2008
    Meilleur film d'animation, meilleur personnage d'animation, meilleur design de personnage, meilleur réalisateur, Meilleure musique, meilleur design général, meilleur storyboard, meilleure voix (Ian Holm) et meilleur scénario aux Annie Awards 2008
    Meilleur film d'animation à l'Austin Film Critics Association 2007
    Meilleur film d'animation aux BAFTA Awards 2008
    Meilleur scénario aux Boston Society of Film Critics Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux Broadcast Film Critics Association Awards 2008
    Meilleur film d'animation à la Central Ohio Film Critics Association 2008
    Meilleur film d'animation aux Chicago Film Critics Association Awards 2007
    Meilleur long-métrage aux Christopher Awards 2008
    Meilleur film d'animation aux Dallas-Fort Worth Film Critics Association Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux Florida Film Critics Circle Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux Golden Globes 2008
    Meilleure bande originale aux Grammy Awards 2008
    Film d'animation de l'année à l'Hollywood Film Festival 2007
    Meilleur film d'animation aux Kansas City Film Critics Circle Awards 2008
    Meilleur film d'animation aux Kids' Choice Awards 2008
    Meilleur film d'animation et meilleur divertissement familial aux Las Vegas Film Critics Society Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux Los Angeles Film Critics Association Awards 2007
    Meilleur montage sonore aux Motion Picture Sound Editors 2008
    Meilleur film d'animation au National Board of Review 2007
    Meilleur film d'animation au cinéma aux PGA Awards 2008
    Meilleur film d'animation aux Phoenix Film Critics Society Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux San Diego Film Critics Society Awards 2007
    Meilleur film d'animation et meilleure édition DVD pour les jeunes aux Satellite Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux Southeastern Film Critics Association Awards 2007
    Meilleur film d'animation aux Toronto Film Critics Association Awards 2007
    Meilleurs effets pour un personnage animé, meilleurs effets d'animation et meilleurs effets visuels aux Visual Effects Society Awards 2008
    Meilleur film d'animation aux Washington DC Area Film Critics Association Awards 2007
    Meilleur divertissement familial aux Young Artist Awards 2008

Rémy n'est pas un jeune rat d'égout comme les autres, il a un véritable don - cuisiner, marier les saveurs, découvrir de nouveaux arômes - et un rêve : devenir un grand chef et le premier rat... de goût ! Rémy est prêt à tout pour vivre sa passion... notamment venir s'installer avec sa famille sous les cuisines d'un des plus grands restaurants parisiens : celui d'Auguste Gusteau, la star des fourneaux. Malgré le danger et les pièges, la tentation est grande de s'aventurer dans cet univers interdit. Rémy va former une bien curieuse équipe avec Linguini, le jeune commis, qui découvrira par hasard ses fabuleux talents. Ecartelé entre son rêve et sa condition, Rémy va découvrir le vrai sens de l'aventure, de l'amitié, de la famille... et comprendre qu'il doit trouver le courage d'aller au bout de sa passion...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Ratatouille - Les 5 étoiles de Pixar
Par : Damien Taymans


Monstres et Cie, Le monde de Némo, Les Indestructibles, Cars. Année après année, avec une précision métronomique, les studios Pixar repoussent les limites du film d’animation en enfantant d’un nouveau chef-d’œuvre instantané. Au risque de s’embourber dans une espèce de routine de l’excellence. Rehaussé au rang d’œuvre d’art, le dessin animé se libère progressivement de son imagerie puérile où représentants de la savane et hominidés dansent la gigue, main dans la main, en entonnant des airs entêtants.

Commis aux poubelles dès son intégration dans la cuisine du restaurant Gusteau, Linguini est un néophyte total an matière de gastronomie. Infoutu de faire cuire un œuf ou de préparer une souple mangeable, le novice croise la route d’un rat, Rémy, passionné par l’art culinaire et adepte de la cuisine aristo-populaire définie par le feu chef Gusteau. Vermine anti-hygiénique par excellence, le rongeur est condamné à ne fouler le sol des cuisines que clandestinement. Un délit de sale gueule rédhibitoire jusqu’à ce que le commis, digne représentant de l’extrême-gaucherie, le surprenne en pleine aromatisation d’une soupe qu’il avait lui-même maladroitement gâchée. L’association de ces deux mal-aimés des fourneaux servira de trame narrative à ce Ratatouille à l’intitulé surprenant puisqu’il résume, quatre syllabes à peine, les éléments essentiels de son intrigue (à savoir la focalisation sur le rongeur, son implication dans le domaine culinaire et la situation géographique de l’intrigue).

Sous le label Disney (la société Pixar est d’ailleurs en pleine re-négociation contractuelle avec la firme aux grandes oreilles), Ratatouille persévère à conserver son univers propre, ce qui contraint le scénariste à utiliser une parade prodigieuse pour permettre l’alchimie "réaliste" de l’art culinaire exercé par le tandem de héros. Liés par un pacte tacite, les trublions se soutiennent mutuellement, s’adaptent à l’autre, au prix d’une instrumentalisation hilarante, afin de dissimuler leur inavouable secret : ni l’un ni l’autre n’a sa place dans une cuisine. Dans ce Paris de carte postale, reconstitué à partir de plus 4000 clichés pris par l’équipe technique, Remy et Linguini se fondent dans le décor afin de ne pas voir naître les suspicions et les guerres intestines de la part du hargneux chef Skinner, du service d’hygiène et du filiforme critique gastronomique Ego, tout droit sorti d’un film d’épouvante. A ce titre, Ratatouille dispense, avec un soupçon de démagogie, une leçon à l’encontre du rôle de la critique se complaisant dans la destruction des vocations d’artistes. Avec une allégorie en prime pour le septième art, soumis à l’exégèse perpétuelle.

D’une fluidité sans faille, d’une prodigieuse inventivité, le scénario de Ratatouille est sublimé par des images renversantes instrumentées avec une précision chirurgicale. Couleurs et saveurs des plats provoquent un émerveillement tel que les papilles gustatives des spectateurs ne tardent pas à s’activer. Et pendant que les employés de chez Gusteau galèrent à récupérer ses deux étoiles manquantes, la presse n’hésite pas à attribuer à ce nouveau chef-d’œuvre de Brad Bird (Les indestructibles) le .... Une nouvelle fois, Pixar rata-tine la concurrence.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage