Critique de film

Prémonitions

"Premonition"
affiche du film
  • Genre : Fantastique - Pouvoirs paranormaux
  • Année de production : 2007
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Mennan Yapo
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h40
  • Scénariste : Bill Kelly
  • Musique : Klaus Badelt
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Sandra Bullock, Julian McMahon, Nia Long, Kate Nelligan
  • Récompenses : Aucune

Linda Hanson (Sandra Bullock) a tout pour être heureuse : un mari aimant, deux filles adorables, une maison de rêve... Mais un jour, tout s'effondre : Linda est avertie que son mari, Jim, est mort dans un accident de la circulation. Le lendemain matin, à son réveil, Linda constate que Jim est bien vivant. Ce n'était donc qu'un banal cauchemar... Mais voilà que ce mauvais rêve, loin de se dissiper, revient la hanter, jour après jour, sans cesse changeant, et toujours plus perturbant. Certains matins, Linda se retrouve veuve ; d'autres fois, c'est aux côtés d'un Jim en pleine forme qu'elle s'éveille. Quel sens donner à ces prémonitions ? Privée de ses repères habituels, ballottée entre des émotions contradictoires, et craignant de sombrer dans la folie, Linda résiste de toutes ses forces à une tragédie imminente. Un seul but désormais : arrêter la ronde infernale du Temps pour tenter de sauver son mariage, son bonheur, son avenir...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Prémonitions - Une angoisse bien sentie
Par : Damien Taymans


Privée de ses repères habituels, ballottée entre des émotions contradictoires, et craignant de sombrer dans la folie, Linda résiste de toutes ses forces à une tragédie imminente. Un seul but désormais : arrêter la ronde infernale du Temps pour tenter de sauver son mariage, son bonheur, son avenir...

Les prémonitions font partie de ces événements les plus utilisés dans le cinéma fantastique. Nombreux sont les films (Intuitions) et les séries (David Nolande et Millenium) qui en ont fait leur chou gras. Et nombreux également sont ceux qui se sont cassé les dents en entreprenant d’utiliser ce pouvoir paranormal.

Mennan Yapo n’a pourtant pas choisi la facilité en exposant ce projet : il a choisi une narration coupée, balançant d’avant en arrière, de flash backs en flash forwards. A tel point qu’on s’entremêle dans la complexité de l’oeuvre à ne plus savoir où l’on se situe. Complexité maîtrisée puisqu’on se transpose d’emblée dans la peau de Linda et qu’on hésite longuement entre le domaine du réel ou celui de l’imaginaire. Seulement, mis à part cette étonnante construction, pas grand chose à se mettre sous la dent. Le scénario est basique et on a tôt fait de se dire que l’intérêt du film ne se résume qu’en la maîtrise de Yapo.

Un bon petit film à regarder en famille le dimanche soir...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage