Critique de film

Poltergeist 2

"Poltergeist 2 : the other side"
affiche du film
  • Genre : Fantastique - Esprits
  • Année de production : 1986
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Brian Gibson
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h30
  • Budget : 41 millions de Dollars
  • Scénariste : Michael Grais, Mark Victor
  • Musique : Jerry Goldsmith
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Jobeth Williams, Craig T. Nelson, Heather O’Rourke, Oliver Robins, Will Sampson
  • Récompenses : Nominé à l’Oscar des Meilleurs effets visuels 1987
    Nominé aux Saturn Awards des Meilleurs effets spéciaux et Meilleur film d’horreur en 1987

Un orage magnétique déclenche à nouveau l'horreur sur la famille Freeling qui, une fois de plus, est la proie des Poltergeists.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Poltergeist 2 - L’autre face de Poltergeist
Par : Damien Taymans






Quatre années après le succès de Poltergeist naît sa séquelle des menottes débutantes de Brian Gibson. L’homme n’a jusqu’alors multiplié les réalisations que pour le petit écran. Plus tard, il signera des films plus consistants comme Tina ou La jurée. Mais, en attendant, son projet était de réussir la suite du fameux film de Tobe Hooper qui en a impressionné plus d’un à l’époque (effets spéciaux obligent !).

Alors, Gibson se met deux idées en tête : d’abord, il entend expliquer la raison, restée obscure dans le premier opus, de ces apparitions multiples ; ensuite, il veut faire de son film un éventail représentatif des effets spéciaux existant à l’époque. En réalité, dans un cas comme dans l’autre, le réalisateur a fait pire que mieux et s’est laissé aller à nous offrir au final un film aussi impressionnant que Les Aristochats est effrayant…

Tentant d’expliquer les causes de ces poltergeists (alors que le premier film s’était borné à évoquer la présence d’un cimetière sous la maison), Gibson nous impose de vagues raisons qui ne tiennent pas la route et ajoutent une bonne dose de ridicule au métrage, comme le devient rapidement ce fameux démon qui a enfermé des tas de gens dans une caverne…Explications historiques, théologiques même qui n’ont au final ni queue ni tête et semblent très superflues. Et puis, il y a ce fameux Indien qui vient les conseiller et se permet des réflexions aussi plates qu’inutiles comme son fameux laïus sur la voiture des Freeling.

Ensuite, il y a un véritable défilé d’effets spéciaux qui ne procurent pas réellement d’effet. On tombe rapidement dans l’extravagance outrancière avec des scènes d’un ridicule sans nom. Non mais, un appareil dentaire qui attaque, y fallait vraiment oser ! Mais ça ne s’arrête pas là. Tout y passe : jouets animés, téléphone d’enfant qui sonne, monstres qui apparaissent. Gibson n’a pas dû voir le premier film ou alors il l’a confondu avec Amour, gloire et beauté, épisode 25698. Malgré la présence des deux scénaristes du premier opus, on sent que l’absence de Spielberg et de Hooper s’est cruellement fait ressentir.

Gibson restera encore quelques années éloigné de la cour des grands notamment à cause de ce film aussi inégal que les critiques formulées à son endroit (une nomination aux Oscars et, dans le même temps, aux Razzie Awards !). Très mauvaise suite dont on ne comprend toujours pas l’intérêt.


Oeuvres liées :

Poltergeist (1982)
Poltergeist 3 (1988)

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage