Critique de film

Phénomènes

"The Happening"
affiche du film
  • Genre : Science-fiction, Drame
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 2008-06-11
  • Réalisateur : M. Night Shyamalan
  • Pays d'origine : USA, Inde
  • Durée : 1h31
  • Budget : 57 millions de dollars
  • Scénariste : M. Night Shyamalan
  • Musique : James Newton Howard
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Zooey Deschanel, Mark Wahlberg, John Leguizamo, Spencer Breslin, Betty Buckley, Tony Devon, Victoria Clark, Frank Collison, Jeremy Strong, Stéphane Debac
  • Récompenses : Aucune

Sans prévenir, un phénomène étrange frappe la population : des centaines de personnes se donnent la mort de manière brutale et sans raison apparente. Fuyant cette catastrophe, le professeur de sciences Elliot Moore, accompagné de sa femme Alma et dâ

Les critiques à propos de ce film

Critique de Phénomènes - When nature kills
Par : Samuel Tubez


Rien ne va plus pour Shyamalan. Depuis Le Village, il enchaîne les films médiocres et les bides. Déjà avec Signes, il commençait à méchamment diviser les opinions. Malheureusement pour lui, la sortie de Phénomènes ne va pas lui permettre de renouer avec le succès d’autrefois. Néanmoins, son dernier opus s’élève sensiblement au-dessus de La Jeune fille de l’eau grâce à quelques fulgurances et une atmosphère bien plus violente que sur ces précédents films.

Brusquement, sans prévenir, un phénomène étrange frappe la population : des centaines de personnes se donnent la mort de manière brutale, sans raison, comme s’ils étaient manipulé par une entité supérieure leur ordonnant d’en finir avec la vie, et sur-le-champ. Fuyant cette catastrophe, le professeur de sciences Elliot Moore, accompagné de sa femme Alma et d’un collègue, tentent de trouver une issue, une manière de comprendre et d’éviter cet étrange phénomène qui menace l’avenir même de l’espèce humaine.

Le film démarre pourtant bien. On y assiste à une série de suicides collectifs effrayants et graphiquement très réussis : une pluie d’ouvriers filmés en contre-plongée qui se jettent dans le vide et une caméra cadrant le sol qui suit le parcours d’un flingue dont se servent des passants figurent ainsi parmi les meilleures scènes du film. Le film regorge par la suite d’instants tout aussi percutants voir joliment gores (une première chez Shyamalan) comme cette voiture se jetant sur un arbre ou encore la scène des lions vue sur un téléphone portable. Néanmoins, hormis ces scènes chocs, le film a tendance à tourner un peu en rond et s’avère même plutôt mou du genou. Surtout que le réalisateur greffe à son sujet (qui, bien exploité à fond, aurait fait un putain de film de SF !) une histoire d’amour et de sentiments refoulés (tiens, comme c’est original !) portée par des comédiens au jeu parfois moyen (Zooey Deschanel a de très beaux yeux mais ça ne suffit pas) et surtout des dialogues insipides. Pire que tout, Shyamalan désamorce toute la tension qu’il avait réussi à insuffler à son métrage par des touches d’humour bien malvenues (le dialogue du sirop pour la toux ou celui avec la plante) et des instants frôlant parfois avec le ridicule (la partie se déroulant chez la femme ermite).

Loin d’être inintéressant, le dernier Shyamalan loupe parfois le coche et s’avère bien trop inégal. On aurait préféré que ce dernier aille plus au fond de son sujet plutôt que de retomber dans une certaine naïveté (voire un romantisme à deux balles) et un discours écolo assez mièvre. Allez mon gars, un jour tu retrouveras tout ton talent !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage