Critique de film

Paranormal Activity 4

"Paranormal Activity 4"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : USA
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : --

Le quatrième volet de la saga Paranormal Activity.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Paranormal Activity 4 - Plus de réseau
Par : Damien Taymans


Il est désormais lointain le premier opus d’Oren Peli qui compensait une indigence scénaristique et un vrai amateurisme dans sa mise en scène par une rentabilité ahurissante. Epurée voire foireuse, la farce Paranormal Activity se sera au moins montrée suffisamment "réaliste" que pour soutirer quelques frissons à des millions de téléspectateurs tandis que d’autres, rompus à ce genre d’exercice, restaient aussi froids devant ces jump scares douteux que des Grands électeurs républicains devant un Latino crève-la-faim. Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et le concept a été étiré dans deux suites et une kyrielle de décalques aux titres à peine opportuniste (le Tokyo Night made in Japan, Paranormal Entity, Paranormal Incident, Abnormal Activity et tutti quanti). Résultat : les scénaristes se voient contraints de constamment ranimer un corps exsangue et de lui fournir suffisamment de sang neuf pour drainer en salles des curieux dévoués aux phénomènes de mode mais lassés par les éternels bis repetita.

L’opération est entérinée : Katie, l’anecdotique héroïne du premier opus, est de nouveau de la partie dans un rôle mineur tandis que les jump scares se dévoilent en mode majeur à grands renforts de stridences phoniques et d’effets "bouh" que le moins aguerri des spectateurs prédira avec quelques secondes d’avance. Et pour cultiver le côté "hype" de l’entreprise, le tandem de scribouillards qui ont accouché du script, ceux-ci agitent leurs appendices linguaux dans l’arrière-train du géant Microsoft en leur faisant une petite réclame pour la Kinect, seul appareil suffisamment performant pour détecter la présence d’un spectre dans notre salon. Mais avant ce tour de passe-passe vécu grâce aux 360° degrés de la XBox, il conviendra de supporter les atermoiements d’une ado qui peine à repousser les avances de son voisin un peu crétin ainsi que le quotidien morose d’une famille visiblement à deux doigts d’éclater qui accueille sous son toit le petit mioche autiste d’une cinglée du voisinage. En clair, une folle odyssée aussi trépidante de le premier rhume de la cadette de La Petite maison dans la prairie.

Malgré l’essoufflement ressenti dès le premier volet, la saga Paranormal Activity ne cesse de sortir, à date fixe, un nouveau rejeton chaque année. Et les spectateurs ne se lassent pas d’envahir les salles pour découvrir le Beaugroslaid nouveau et de s’émoustiller l’échine à chaque intervention de l’invisible. Les voies de la masse sont parfois impénétrables...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage