Critique de film

Ninja the Monster

"Ninja the Monster"
affiche du film
  • Genre : Action, Aventure
  • Année de production : 2015
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h41
  • Musique : Hendrik Willemyns
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Nous sommes en 1783 et le Japon vit une accalmie après des guerres sanglantes. Durant ces conflits, les ninjas furent amplement mis à profit, mais suite au retour de la paix, le gouvernement a choisi de les traquer et de les exécuter, puisqu'ils constituent une menace pour les hommes de pouvoir. C'est dans ce contexte que la princesse Koh se dirige vers Edo, où elle doit demander l'aide du shogun pour enrayer la famine qui frappe son domaine. La jeune femme est accompagnée de son escorte dirigée par le samouraï Choemon, mais également d'un mystérieux garde du corps, Denzo, nommé par son père. Malgré une rumeur voulant qu'un monstre tue quiconque pénètre la forêt qu'ils doivent traverser, Koh s’entête à aller de l'avant devant l’urgence du moment. Malheureusement, ladite rumeur s’avère fondée. Une entité monstrueuse attaque le convoi, ne laissant la vie sauve qu'à Koh, Choemon et Denzo. Ainsi s'engage une course contre la montre où le trio se verra constamment pourchassé, mais les choses se compliqueront davantage lorsque la vérité sur Denzo sera dévoilée, car ce dernier est en fait… un ninja.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Ninja the Monster - Un film qui fait plouf
Par : Quentin Meignant


Jeune faiseur pas encore vraiment confirmé malgré une grosse dizaine d’années à traîner ses guêtres du côté du court métrage (avec un certain succès pour quelques unes de ses créations), Ken Ochiai fait partie de la jeune garde montante du cinéma de genre japonais. Pour les besoins de son troisième long, il est donc parti tourner dans les montagne pour donner un véritable cadre à son Ninja the Monster, présenté en première européenne lors du BIFFF 2016. Le métrage suit, comme son titre l’indique, un ninja chargé d’escorter une princesse à travers une très dangereuse forêt. Une créature liquide et polymorphe rode tandis que certaines rencontres se soldent par de sévères tatanes.

Oeuvre complètement fauchée, Ninja the Monster a l’intelligence de masquer son manque de budget par la mise en scène d’extérieurs réellement magnifiques. Ochiai, bien conscient des capacités de son décor en joue parfaitement et parvient à détourner l’attention du spectateur durant la première partie de son film.

A ce titre, la mise en place d’une créature minérale et mystérieuse est sans conteste la plus belle réussite du film, le cinéaste se bornant simplement à jouer avec quelques effets spéciaux aussi simples qu’efficaces. Péchant rarement par générosité au niveau des quelques CGI, Ochiai se plante par contre royalement au niveau de l’écriture de son film, souvent sans aucune tension ni intérêt particulier. Les scènes de la seconde partie s’avèrent donc être particulièrement longues et insignifiantes, ce qui crée un sentiment d’ennui très dérangeant.

Pas dénué de bonnes idées, notamment au niveau des décors et de la mise en scène de certaines séquences, Ninja the Monster souffre au final autant de l’indigence de son budget que de celle de son scénario et sombre dans un redoutable ennui.


Concours

Sondage