Critique de film

Ninja Turtles 2

"Teenage Mutant Ninja Turtles: Out of the Shadows"
affiche du film

Michelangelo, Donatello, Leonardo et Raphael sont de retour pour affronter des méchants toujours plus forts et impressionnants, aux côtés d’April O’Neil, Vern Fenwick et d’un nouveau venu, le justicier masqué hockeyeur Casey Jones. Après son évasion de prison, Shredder associe ses forces à celles d’un savant fou Baxter Stockman et de deux hommes de main aussi bêtes que costauds, Bebop & Rocksteady. Leur objectif : lancer un plan diabolique pour régner sur le monde entier ! Alors que les Ninja Turtles s’apprêtent à défier Shredder et son nouveau gang, ils doivent rapidement faire face à une menace tout aussi grande : le célèbre Krang !

Les critiques à propos de ce film

Critique de Ninja Turtles 2 - Mutants dégénérés
Par : Samuel Tubez

Hey les kids, venez voir Les Tortues Ninja, elles sont toujours aussi cools et agitées ! Hey les parents, venez aussi, cette fois, c’est promis, on a pensé à vous : y a Bebop et Rocksteady, les deux ennemis nigauds du dessin animé de votre enfance ! Et puis y a même Krang, oui Krang, le cerveau qui parle dans l’abdomen d’un robot qu’ils n’avaient même pas osé mettre dans les films des années 90, les nigauds ! Alors, vous venez cette fois ? La première fois c’était pas terrible mais ça va être mieux ce coup-ci ! En tout cas ça ne peut pas être pire...si ?!

Clairement ciblé jeune (voire très jeune) public, le premier Ninja Turtles n’avait rien compris au potentiel du comic book créé par Kevin Eastman et Peter Laird, au point de le nier complètement. Nickelodeon produisant la chose, rien d’étonnant à ce que le film, et sa suite qui nous intéresse ici, suive les pas de leur dernière série en date. Et pourtant, afin de raviver la nostalgie des trentenaires qui mangeaient fébrilement leur Chocapic devant leur écran cathodique, les scénaristes ont joués la carte du fan service en incluant dans l’intrigue les vilains mutants Bebop et Rocksteady ainsi que le méchant ultime de la saga, l’extra-terrestre Krang. Excitant ? Pas tant que ça : même s’il a de l’allure, vous ne verrez la couleur de l’encéphale qu’au début et à la toute fin du film tandis que les deux mutants nigauds ont quant à eux une présence plus élevée mais s’avèrent tout bonnement insupportables (concours de pets au programme !). Pour le coup, on a bel et bien l’impression d’être devant un dessin animé…mais pas forcément le bon ! L’indigence du premier film a définitivement fait place à une crétinerie de tous les instants. Caractérisation zéro (Shredder est encore plus transparent que dans le précédent opus, faut le faire !), enjeu nul (les tortues vont bien sûr empêcher Shredder et Krang de conquérir la Terre), intrigue secondaire tout juste effleurée (les tortues souffrent de leur anonymat, snif) et acteurs qui ne personnifient rien de rien (Stephen Arrow Amell fait son apparition en Casey « inutile » Jones, mauvaise idée !), on n’est pas loin du néant absolu. Jamais drôle ni fun, les gags insupportent tandis que les scènes d’action s’enchaînent et se ressemblent (le climax laisse une désagréable impression de déjà-vu) dans l’indifférence totale. Franchement, on était prêt et on avait volontiers laissé notre cerveau au vestiaire mais on ne s’attendait tout de même pas à le retrouver, 1h50 plus tard, totalement fondu. Quel désastre !

Rarement blockbuster à 135 millions de dollars n’aura atteint un tel niveau de crétinerie. Encore moins inventif mais plus débile que le premier opus, ce Ninja Turtles 2 est un no-brainer absolu où il est bien difficile de trouver son plaisir (même coupable). Un peu comme l’était à son époque The Secret of the Ooze, en somme.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage