Critique de film

Mords-moi: Sans hésitation

"Vampires Suck"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Fantastique - Vampires
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Aaron Seltzer, Jason Friedberg
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h22
  • Scénariste : Aaron Seltzer, Jason Friedberg
  • Musique : Christopher Lennertz
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Matt Lanter, Chris Riggi, Anneliese van der Pol, Jenn Proske, Ken Jeong
  • Récompenses : Aucune

MORDS-MOI : SANS HÃ

Les critiques à propos de ce film

Critique de Mords-moi : Sans hésitation - Seltzer et Friedberg sucent du vampire
Par : Damien Taymans




Les frasques d’Edward et Bella ont inondé les écrans du monde, métamorphosant chaque pucelle pubère en jeune arbrisseau trempé d’une indescriptible sève. Forcément, face à cette ampleur sans précédent du phénomène vampirique, les trublions d’Hollywood, Aaron Seltzer et Jason Friedberg, ont décidé de créer une énième bouffonnerie parodique empruntant les mêmes créneaux scatologiques et vicieux que dans leurs précédents faits d’armes. Car, à l’instar des Date movie, Epic movie, Disaster movie et Spartatouille dont ils ont été les instigateurs, Mords-moi : Sans hésitation (aka Vampires suck) ne se borne qu’à tourner en dérision, à grands renforts de gags lourdingues et de sous-entendus crasses, les produits du néo-capitalisme vampirique.

A peine évoqués la série des Vampire Diaries et le twitter de Stephenie Meyer, Gossip Girl et Lady Gaga ne bénéficient que d’une maigre place en regard de celle attribuée à la parodie pure et dure de la franchise Twilight. Les personnages recyclés de la saga (du couple Bella, rebaptisée Becca, et Edward au paternel névrosé, en passant par la bande des traqueurs) répètent les scènes-clés des deux premiers épisodes (Fascination et Tentation) dans le seul objectif de paraître plus craignos que l’original. En la matière, Mords-moi : Sans hésitation réussit indéniablement son pari : raclant tous les fonds de tiroir des références aussi peu drôles que grossières (l’homosexualité en prend à nouveau pour son grade), les deux "créateurs" échafaudent un sketch extrêmement long au sein duquel tout est propice à bouffer du people et à se moquer de la ferveur des jeunes générations gagas de ces historiettes fleur bleue pseudo-fantastiques.

Ce nouvel opus parodique des créateurs du désastreux Disaster movie fait moins d’effet que la succion jugulaire d’une mémé édentée. Jamais drôle, Mords-moi : Sans hésitation constitue une nouvelle étape dans l’échelle de la bouffissure parodique.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage