Critique de film

Midnight Son

"Midnight Son"
affiche du film
  • Genre : Thriller - Psychologique
  • Année de production : 2011
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Scott Leberecht
  • Pays d'origine : USA
  • Scénariste : Scott Leberecht
  • Musique : Kays Al-Atrakchi, Geoff Levin
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Tracey Walter, Arlen Escarpeta, Larry Cedar, Juanita Jennings, Shawn-Caulin Young, Zak Kilberg, Austin Mincks, Kevin McCorkle, Maya Parish, Jo D. Jonz, Tony Norris,...
  • Récompenses :

Jacob est un jeune homme confiné à une vie d’isolement en raison d’une rare maladie de la peau qui l’empêche d’être exposé au soleil. Son monde s’entrouvre enfin lorsqu’il rencontre Marie, une barmaid locale, dont il tombe amoureux. Malheureusement, les actions de Jacob deviennent de plus en plus bizarres tandis qu’il tente de faire face aux effets de la détérioration de sa condition. Contraint par la maladie de boire du sang humain pour survivre, il doit contrôler sa plus en plus sa tendances grandissante à la violence alors que la police locale se concentre sur lui, le considérant comme un suspect dans une série de meurtres macabres.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Midnight Son - Fils de l’ennui
Par : Quentin Meignant




Responsable des effets visuels de Spawn, Flubber ou encore Sleepy Hollow, Scott Lebrecht bénéficie depuis déjà des années d’une excellentes réputation aux States. Néanmoins, cela n’a pas empêché le Monsieur de disparaître du paysage hollywoodiens durant quelques années, histoire de peaufiner son premier long-métrage en tant que réalisateur, Midnight Son. Bien lui en a pris puisque le film a remporté un Corbeau d’Argent lors du BIFFF 2011, se plaçant ainsi deuxième dans le cœur des jurés internationaux, juste derrière l’imbattable J’ai rencontré le Diable. Midnight Son s’intéresse au parcours chaotique de Jacob, un jeune pas comme les autres puisqu’il est confiné une vie d’isolement en raison d’une rare maladie de la peau. Ne pouvant guère être exposé au soleil, il vit une existence en marge de la société : il sort la nuit, il travaille la nuit et, surtout, il a un besoin de plus en plus irrépressible de sang. Sa vie est sur le point de changer lorsqu’il rencontre Marie, une barmaid locale, dont il tombe amoureux. Malheureusement, cette dernière n’est pas le remède idéal et Jacob éprouve de plus en plus de difficultés à réfréner sa tendance grandissante à la violence alors que la police locale se concentre sur lui, le considérant comme un suspect dans une série de meurtres macabres.

Une histoire d’amour, un vampire, que rêver de mieux que pour surfer sur une vague à la mode ? Rien, sans aucun doute. Alors que le succès de la saga Twilight n’est plus à prouver, du moins au niveau des recettes au box-office, Midnight Son s’inscrit, du moins au niveau de son pitch dans la même mouvance. Il n’en va heureusement pas de même pour les protagonistes principaux développés par Scott Leberecht, qui, au contraire des bellâtres sortis de l’esprit de Stephenie Meyer, constituent une belle brochette de paumés, marginaux d’une société allant à volo.

C’est malheureusement là l’un des seuls lots de consolation offert par le film puisque Midnight Son donne avant tout lieu à un enchevêtrement de séquences romantiques et, parfois, sensuelles, assez éloigné de l’œuvre à laquelle on s’attendait. Alors qu’il avait amorcé une plongée dans les bas-fonds d’une société à l’agonie et aurait pu livrer un ensemble bien plus underground, Leberecht se contente de laisser s’effilocher une intrigue amoureuse d’une platitude sans limite en niant tout tressaillement au niveau rythmique.

Ennuyeux à mourir, Midnight Son bénéficie néanmoins d’une mise en scène et d’une photographie soignées qui permettront aux spectateurs les plus courageux de tenir le coup. Dès lors, si, techniquement, il n’y à rien à reprocher à l’œuvre, il reste à espérer qu’à l’avenir Scott Leberecht s’attachera les services d’un scénariste compétent.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage