Critique de film

Memories of the Sword

"Hyeomnyeo: Kar-ui gi-eok"
affiche du film
  • Genre : Action, Drame, Historique
  • Année de production : 2015
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Corée du Sud
  • Durée : 2h00
  • Musique : Mowg
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Dans la Corée médiévale, une jeune femme tente de venger la mort de sa mère. Mais elle doit faire face au plus puissant guerrier de la Dynastie Goryo

Les critiques à propos de ce film

Critique de Memories of the Sword - Classique de printemps
Par : Seb Lecocq




C’est une surprise que de retrouver Park Heung-sik aux commandes d’un film d’action en costumes, l’homme s’étant fait connaître dans le monde de la comédie, dramatique ou pas. Pour résumer c’est un peu comme si, en France, Pierre Salvadori se retrouvait aux commandes d’une production Besson. Ça surprend. Pourtant, le cinéaste fait plus que tirer son épingle du jeu en signant une production certes balisée et sans surprises mais menée tambour battant et placée sous le signe de l’aventure et du spectacle.

Memories Of The Sword fait partie de ces projets dont nous abreuve régulièrement la Corée du Sud, nouvelle place forte du cinéma d’action asiatique devant la tombée en désuétude de l’ex-colonie. On connaît tellement ça par cœur qu’on pourrait tenir un cahier des charges complet avant même de voir le film : images léchées, scènes d’action hyper choregraphiées, mise en scène ample, contexte historique, beaux jeunes gens, émotions fortes, une pointe de nationalisme et une durée comprise entre 1h50 et 2h05. Tout est respecté à la lettre. A telle enseigne que l’on en vient à se demander à quoi a bien pu servir le metteur en scène. Eh bien à emballer le tout proprement, à imprimer au film un rythme qui lui est propre, basé sur son expérience dans la comédie et à tisser un beau petit triangle amoureux fait de bagarres et d’émotions retenues. S’il n’a pas la maestria et ce côté général de guerre d’un Kim Han-min, le réalisateur apporte néanmoins une petite touche rétro, très inspirée par le cinéma hongkongais à l’ensemble.

Park Heung-sik peut compter sur les deux stars locales Lee Byung-hun et Jeon Do-yeon pour donner de leurs personnes, porter cette histoire sur leurs épaules et drainer un large public en salles. Lee magnétise toujours l’écran de ce charisme minéral qui est le sien tandis que Jeon démontre toutes ses qualités dans le registre de l’action. Le point fort de Memories Of The Sword tient dans sa stylisation et la beauté de ses images. Que se soit les décors, la photographie, les costumes ou la mise en scène, tout concorde à créer un magnifique écrin dans lequel vient prendre place cette histoire qui n’est pas sans rappeler le Hero de Zhang Yimou. Une histoire simple et compliquée à la fois dont le scénario peine par moments à restituer toute la profondeur. On notera aussi un certaine retenue dans le traitement des émotions due à la structure inutilement alambiquée de son intrigue, Park multipliant un peu trop les flash-backs, ce qui brouille l’instantanéité et la force des relations entre les personnages.

Memories Of The Sword amène de la nouveauté dans les scènes de combats habituellement terre-à-terre et basées sur le réalisme des productions locales. Pour l’heure, Park prend la tendance à contre-pied et puise son inspiration dans le wu xia pian avec ces plans classiques de combattants enchaînant les techniques en semi lévitation. Les duels et autres bastons à l’épée sont finement et clairement chorégraphiées, le réal se charge d’emballer le tout sans génie mais avec une certaine efficacité.

Le style des combats et les décors rappellent quelque part les deux grands maîtres que sont King Hu et Chu Yuan, toutes proportions gardées. Ce parti pris apporte beaucoup de fraîcheur et de légèreté à une œuvre un peu lourde dans sa structure et son développement. Outre ces influences, on retrouve aussi quelques inspirations moyen-orientales au détour de l’un ou l’autre décors. S’il ne renouvelle rien du tout, le film a au moins le mérite de rappeler aux bons souvenirs d’un cinéma d’action populaire HK qui a tant bercé notre enfance. Quoi qu’il en soit, Memories of The Sword est un solide actioner historico-fantaisiste à la coréenne. Propre, carré, parfaitement exécuté et doté d’un casting solide. Avec ce type de production, on n’est rarement surpris, c’est vrai, mais aussi rarement déçu.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage