Critique de film

May I Kill U?

"May I Kill U?"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Thriller horrifique
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Pays d'origine : Angleterre
  • Durée : 1h27
  • Budget : 1 million de livres
  • Musique : Haim Frank Ilfman
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses :

Barry Vartis est un agent de police officiant sur son VTT. Discret, poli et respectueux des lois, "Baz" mène une vie tranquille entre ses coups de pédale quotidiens et sa cohabitation avec une mère alcoolique. Épris d'un désir de justice, il punit les malfrats de tous bords en leur demandant toujours au préalable la permission de mettre fin à leurs jours. Un véritable gentleman vigilante en quelque sorte...si ce n'est qu'il filme ses exploits et les poste sur les réseaux sociaux grâce auxquels il commence à devenir une véritable légende...

Les critiques à propos de ce film

Critique de May i kill u ? - VTT police vigilante
Par : Samuel Tubez




Dans la lignée de Touristes, une comédie noire british irrésistible qui remporta légitimement le Méliès d’argent à l’issue du 31ème BIFFF.

« May i kill you ? », telle est la sentence prononcée par Baz, jeune flic déambulant en VTT, dépité par la société et ses malfrats qu’il a décidé de punir selon ses propres moyens. Bon an mal an, le malfaiteur croisant sa route devient ainsi victime consentante si sa réponse s’avère positive, avec en prime sa trogne postée sur le web, notre flicard filmant ses exploits. Les situations cocasses découleront de ce postulat qui aurait pu nous plonger dans un vigilante violent et âpre sur lequel aurait plané l’ombre de Charles Bronson. Mais c’aurait été sans compter sur la « british touch » en matière d’humour optée par Stuart Urban (Revelation avec Udo Kier), réalisateur ayant jusqu’ici essentiellement œuvré dans le domaine du documentaire télé. Une certaine véracité ressort logiquement de sa mise en scène où l’on découvre la vie et surtout les vices (relativement sages) en milieu urbain à travers le regard et la caméra embarquée de notre flic de choc incarné par un excellent Kevin Bishop (habitué des films de Cédric Klapisch depuis L’Auberge espagnole). Accumulant les points de vue et mettant en scène, toujours avec une bonne dose de décalage, les commentaires abusifs et libérés des réseaux sociaux (caméras emportées, vidéos web, tweets et autres chats s’enchaînent avec une belle énergie…), Stuart Urban retient toute notre attention durant une intrigue rondement menée faite de retournements de situation peut-être prévisibles mais rudement bien amenés. Amour (le héros s’éprend d’une polonaise qu’il a sauvée du trafic humain), fanatisme (le succès des tweets et autres vidéos postées sur la toile), mère possessive et castratrice, exécutions qui tournent en eau de boudin ou qui ont lieu sur un malentendu (la scène des trafiquants d’êtres humains, à mourir de rire), May i kill u ? utilise sans cesse un humour forcément sombre pour illustrer un propos aux connotations sociales plus que bienvenues. So british, so delightful !

Grâce à son humour noir omniprésent et son protagoniste à la personnalité délicieusement trouble, May i kill u ? est l’une des toutes bonnes surprises du 31ème BIFFF qui mérite amplement de trouver le chemin des salles obscures dans un futur que l’on espère pas trop éloigné.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage