Critique de film

Martyrs

"Martyrs"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 2008-11-12
  • Réalisateur : Pascal Laugier
  • Pays d'origine : France, Canada
  • Durée : 1h50
  • Scénariste : Pascal Laugier
  • Musique : Alex Cortés, Willie Cortés
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Morjana Alaoui, Mylène Jampanoï, Catherine Bégin, Robert Toupin, Patricia Tulasne, Juliette Gosselin, Xavier Dolan-Tadros, Isabelle Chasse, Emilie Miskdjian
  • Récompenses : Aucune

France, début des années 70. Lucie, Une petite fille de dix ans, disparue quelque mois plus tôt est retrouvée errant sur la route. Son corps maltraité ne porte aucune trace dâ

Les critiques à propos de ce film

Critique de Martyrs - Ciel ! Mon Martyrs !
Par : Quentin Meignant

Le renouveau du cinéma de genre français, amorcé par le dérangeant A l’intérieur, fait pour le moment parler de lui. Avec des œuvres aussi diverses que Frontière(s) ou encore Eden Log, l’Hexagone a en effet prouvé sa capacité à se renouveler et à inventer de nouveaux concepts qui se tiennent. Dans ce panorama de qualité, le Martyrs de Pascal Laugier promet d’être un nouveau moment intense, voire révolutionnaire. Bafoué par la censure et par les critiques dites traditionnelles, encensé par la presse spécialisée, Martyrs déchaîne les passions depuis quelques mois. Précédé d’une sulfureuse réputation, le métrage ne laisse personne indifférent. Tout le monde parle à tort et à travers, personne ne sait qui croire, le buzz créé est énorme ! Mais, dans le fond, pourquoi ?

Evoquer Martyrs en tant que critique n’est pas évident : outre la volonté de Pascal Laugier de préserver le mystère et l’effet de surprise de son film, la complexité de l’œuvre et son efficacité extrême rendent difficile la construction d’un avis structuré. Pourtant, dès les premiers instants, Martyrs prend aux tripes pour plonger le spectateur dans un univers de souffrances. Sans crier gare, Laugier nous plonge dans un univers de cauchemar avec un massacre effarant, insupportable, à la limite de la rupture. Cette séquence, exacerbée par une bande son terriblement oppressante et anxiogène, est dotée d’un graphisme fou mêlant le blanc des murs au rouge du sang dans une ambiance d’un glauque exceptionnel !

Le métrage débute donc avec une intensité et une ambiance rarement vues au cinéma et, tout naturellement, le rythme devrait alors quelque peu ralentir, histoire que le spectateur puisse reprendre ses esprits. Mais voilà, Laugier a voulu pousser le bouchon loin, très loin, et ne laisse aucun instant de répit en proposant bientôt une thématique qui paraît en rupture totale avec cette séquence de massacre. Le film se décline alors dans un domaine que l’on n’aurait pu imaginer, dans une ambiance toujours plus oppressante et malsaine. Avec une Morjana Alaoui au mieux de sa forme, qui fait passer de façon incroyable toute la douleur ressentie, le métrage prend ce tournant inattendu à du 100 à l’heure pour nous mener tout droit vers un univers encore plus répugnant et révoltant que celui auquel on s’attendait. Sans jamais diminuer le rythme d’un cran, Laugier nous entraîne dans un cauchemar où la douleur physique n’a d’égal que la souffrance mentale. La suite de l’aventure se déroule dans des décors dont l’obscurité même est dérangeante et qui mettent une bonne fois pour toute en valeur le jeu d’Alaoui. Naviguant entre scènes franchement gores à de longues séquences difficiles à encaisser mentalement, le métrage monte encore en puissance jusqu’à l’apothéose finale. Avec une clôture originale et fort bien construite, Laugier parvient une dernière fois à surprendre son monde, malgré une mise en scène un peu plus molle dans les derniers instants.

Martyrs n’est donc pas un simple buzz, le film est tout simplement une œuvre de génie qui pousse le spectateur dans ses derniers retranchements. Après la vision d’un tel chef-d’œuvre tortionnaire, il est aisé de comprendre pourquoi le métrage ne laisse personne indifférent. Laugier signe ici ce que le cinéma français a de meilleur : un film qui a des couilles et qui nous les offre sur un plateau !


L’interview de Pascal Laugier (réalisateur)

L’interview de Morjana Alaoui (actrice)


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage