Critique de film

Ma super ex

"My Super Ex-Girlfriend"
affiche du film
  • Genre : Comédie fantastique
  • Année de production : 2006
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Ivan Reitman
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h35
  • Scénariste : Don Payne
  • Musique : Teddy Castellucci
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Uma Thurman, Luke Wilson, Anna Faris, Eddie Izzard, Rainn Wilson, Stelio Savante, Mike Iorio, Mark Consuelos, Wanda Sykes, Margaret Anne Florence, Eva Veronika
  • Récompenses : Aucune

Matt est charmant, jeune architecte, mais assez maladroit avec les femmes. Jenny est réservée, travaille dans une galerie d'art et mène une vie mystérieuse : elle est en fait G-Girl, la super-héroïne qui fait régner l'ordre dans la ville. Mais quand Matt décide de rompre, il apprend à ses dépends qu'on ne quitte pas impunément une super-héroïne. La vengeance de G-Girl sera terrible et la vie de Matt va devenir un enfer...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Ma super ex - Ex-agéré
Par : Damien Taymans




Matt, jeune architecte propre sur lui, rencontre sur son chemin Jenny, jeune femme aussi renfermée qu’extravertie, qui cache en réalité une autre facette plus mystérieuse puisque, dès que le moindre danger guette (un incendie, un chat sur un arbre, une érection trop molle), Jenny se change en G-girl, super-héroïne sexy et désirée par tous les mâles dominants et dominés. Lorsque Matt apprend qui est réellement Jenny, les fantasmes les plus fous lui passent par l’esprit, notamment celui de s’envoyer littéralement en l’air. Mais, voilà, femme aimante, femme chiante comme disait Socrate et, au fil de leur relation, Matt commence doucement à trouver les crises de jalousie de Jenny de plus en plus étranges. Lorsque la jeune femme découvre que le BCBG veut rompre avec elle, sa colère n’a plus de limites. G-girl devient impitoyable à l’encontre de son ex…

Excessivement long, mon résumé l’est assurément à l’image du film exagérément étiré pour combler le format horaire réglementaire. Ce métrage signe le retour d’Ivan Reitman, réalisateur qui s’est principalement illustré dans les comédies fantastiques (les deux SOS fantômes) et dans les drôleries schwarzeneggeriennes (Un flic à la maternelle, Jumeaux, Junior), des amours que l’auteur n’a jamais reniées et retrouve avec son Ma super ex qui contient sa dose d’effets spéciaux (les envolées non lyriques de G-girl, ses frasques lourdingues) et de testostérone (incroyablement féminine, Uma Thurman prouve pourtant son côté viril). Sur papier, le projet semblait séduisant. Partant d’un postulat original (la mise en ostentation de la face cachée d’une super-héroïne névrosée et excessivement jalouse, ses penchants malsains, en bref, son humanité), Ma super ex se vautre rapidement dans la reprise stéréotypée d’un Superman version féminine (BedLam évoque Lex Luthor) et ne devient dès lors qu’une énième variation incapable de se poser comme une œuvre personnelle et originale.

D’autant que, en sus d’être dotée d’une entame des plus longues, le métrage de Reitman sombre assez rapidement dans l’humour potache et dans la blague légèrement graveleuse contrebalancée par une trouille affreuse du politically correct. En clair, ça parle de cul sans en parler, ça montre des scènes d’amour en les rendant risibles, ça vire à la comédie romantique tout en conservant un soupçon d’incrédulité. Le cul entre deux chaises, les acteurs font ce qu’ils peuvent pour soutenir ce naufrage. Uma Thurman et Anna Faris (sublime quand elle ne crapahute pas dans un Scary movie) surjouent allègrement pour donner le change à un Luke Wilson mollasson et à un Eddie Izzard même pas impressionnant.

Ma super ex ou l’ixième tentative de relecture pseudo-comique d’un genre tout ce qu’il y a de plus sérieux, dégradante version du mythique super-héros salvateur qui peuple le cinéma depuis des temps immémoriaux.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage