Critique de film

Les Enfants Loups, Ame & Yuki

"Okami Kodomo no Ame to Yuki"
affiche du film
  • Genre : Animation
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Mamoru Hosoda
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 1h50
  • Scénariste : Mamoru Hosoda, Satoko Okudera
  • Musique : Takagi Masakatsu
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Aoi Miyazaki, Takao Osawa
  • Récompenses : --

Hana et ses deux enfants, Ame et Yuki, vivent discrètement dans un coin tranquille de la ville. Leur vie est simple et joyeuse, mais ils cachent un secret : leur père est un homme-loup. Quand celui-ci disparaît brutalement, Hana décide de quitter la ville pour élever ses enfants...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Les enfants loups, Ame & Yuki - I was a teenage werewolf
Par : Samuel Tubez




Il est désormais loin le temps où Mamoru Hosoda signait les longs métrages dérivés de séries à succès chez Toei Animation (Digimon, One Piece). Plébiscité dans de nombreux festivals (notamment à Sitges, où La traversée du temps et Summer Wars furent primé), ses films suivants forment le noyau dur d’une filmographie passionnante aujourd’hui complétée par un nouveau morceau indispensable : Les enfants loups, Ame & Yuki.

Tout commence par une rencontre aussi romantique qu’intrigante entre une étudiante et son homme-loup de boyfriend qu’elle fréquente sans d’abord en connaître la véritable nature. Un coup de foudre qui engendrera deux enfants loups aussi adorables que farouches, Ame et Yuki. Suite à la disparition mystérieuse du père, Hana quitte la ville avec ses rejetons afin de les élever à proximité de la forêt, à l’égard des regards indiscrets. Le film de Mamoru Hosoda, qui signe une fois de plus le scénario, propose un conte de prime abord fantaisiste enrichi d’une étude de caractère forte et d’une chronique rurale palpable. Il y a d’abord le portrait de cette mère courage élevant seule ses enfants malgré les difficultés d’une vie en presque autarcie et puis, ensuite, les enfants Ame et Yuki, frère et sœur aux caractères opposés malgré leur nature semi-bestiale. Leur parcours divergera avec l’âge (elle, s’humanisant peu à peu, lui, entretenant son instinct animal), Mamoru Hosoda n’épargnant aucune turpitude de la vie à ses spectateurs, aussi jeunes soient-ils. Car si Les enfants loups est d’abord destiné aux enfants, il n’est jamais enfantin, la complexité des relations étant mises en exergue avec des thématiques dures abordées de front (la mort, les difficultés d’adaptation aux normes, la séparation familiale…). Urbanisme et nature luxuriante s’opposent dans cette œuvre emplie de poésie qui, sans posséder la richesse visuelle d’un Ghibli, affiche un design simple et subtil pour un résultat toutefois très enchanteur qui ravira petits (pas trop, tout de même) et grands (sans limite d’âge).

Grâce à la richesse de ses personnages et de leur environnement, une approche originale toute en douceur du mythe lycanthropique ainsi qu’à une animation simple mais incroyablement poétique, Mamoru Hosoda revient avec un film d’animation une fois de plus d’une grande fraîcheur. Avec ce type d’artiste, la 2D est loin d’être morte !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage