Critique de film

Les Cinq Légendes

"Rise of the Guardians"
affiche du film
  • Genre : Animation
  • Année de production : 2012
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Peter Ramsey
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h37
  • Budget : 145 millions de dollars
  • Scénariste : David Lindsay-Abaire, William Joyce
  • Musique : Alexandre Desplat
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Chris Pine, Isla Fisher, Alec Baldwin, Jude Law, High Jackman... (voix originales) Gaspard Ulliel, Nolwenn Leroy, Miglen Mirtchev,... (voix françaises)
  • Récompenses : --

L’aventure d’un groupe de héros, tous doués de pouvoirs extraordinaires. Emmenées par Jack Frost, un adolescent rebelle et ingénieux, ces cinq légendes vont devoir, pour la première fois, unir leurs forces pour protéger les espoirs, les rêves et l’imaginaire de tous les enfants.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Les cinq légendes - Croyez-vous encore au Père Noël ?
Par : Samuel Tubez






Gavés aux Shrek, Kung Fu Panda et autres Chat Potté, les amateurs d’animation ne pouvaient que se réjouir de voir l’écurie DreamWorks s’écarter de la parodie facile ou du spin-off racoleur pour tenter de nous raconter une histoire épique ayant pour objectif de réhabiliter le folklore lié aux fêtes et légendes de notre enfance. Démarche sincère ou calcul savant pour faire exploser les entrées à l’approche des fêtes de fin d’année ? Manquerait plus qu’on nous fasse croire au Père Noël…ah ben si !

A la manière des Avengers, les cinq plus grandes figures des contes et légendes de notre enfance s’associent contre une menace maléfique. Le Père Noël, le Lapin de Pâques, la Fée des dents (Tooth Fairy), le Marchand de sable et Jack Frost (dont la représentation gentillette n’a ici rien à voir avec le film d’épouvante de 1997) s’associent ainsi contre Pitch, sorte de maître de l’ombre dont le but est d’envahir les univers de nos légendes bienveillantes pour les inonder de force obscure et ainsi les faire disparaître à son profit. Ainsi, les enfants ne rêveront plus d’œufs de Pâques, de cadeaux et de belles licornes, mais ne croiront plus qu’à la peur et l’obscurité.

C’est donc une fois de plus rien de moins que le sempiternel combat du bien contre le mal que nous propose Les cinq légendes, avec la touche « I still believe » en plus. Le film de Peter Ramsay (illustrateur et story-boarder ayant œuvré sur Tank Girl, Batman Forever ou encore Minority Report) nous dit que croire c’est voir, car si l’on ne croit plus à ces légendes, elles deviendront invisibles à nos yeux. Sachant que Jack Frost, à l’instar de Pitch, lutte dans le film pour apparaître devant les enfants, vous devinerez aisément qui l’emporte et quelle sera l’issue finale. Malgré les efforts tout à fait louables qui sont déployés pour nous livrer un divertissement un tant soit peu sérieux et épique (le fait que Guillermo del Toro soit attaché au projet en tant que producteur exécutif n’a finalement pas dû peser bien lourd dans la balance), Les cinq légendes reste un produit de consommation prévisible et demeure avant tout destiné aux plus jeunes. D’un point de vue esthétique, le design général est assez peu agréable à l’œil et l’on constate une représentation des divers univers tout à fait inégale : le monde du Père Noël était plus innovant dans Mission : Noël, Tooth Fairy et ses colibris se contentent juste d’être « mignons », les pouvoirs de Jack Frost sont sous-exploité, les méfaits de Pitch se limitent à une série de sombres chevaux virevoltants,…seuls Le Marchand de sable (avec ses textures sableuses très réussies, pour le coup) et le Lapin de Pâques s’en tirent à relativement bon compte. Rien de très excitant pour les adultes, donc, et si l’ensemble reste plutôt bien emballé et animé (on se risquerait même presque à dire qu’une poignée de scènes valent le coup d’être visionnées en relief), ce nouveau Dreamworks satisfera avant tout les gamins qui se feront un plaisir de traîner leurs parents acheter un Happy Meal dès la sortie de projo. Et si l’on cessait de croire en la consommation, peut-être qu’elle aussi elle disparaîtrait…

Malgré les efforts émis par le studio DreamWorks pour livrer un divertissement plus épique et sérieux qu’à l’accoutumée, Les cinq légendes, contrairement à son apparente esthétique obscure et grisâtre, adopte un ton au final très gentil et inoffensif qui parlera avant tout au public jeune encore prédisposé à croire en de telles fantaisies. Alors, rien que pour eux : Joyeux Noël, joyeuses Pâques et brossez-vous bien les dents les enfants ! (dixit Tooth Fairy).


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage