Critique de film

Les Yeux de Julia

"Los Ojos de Julia"
affiche du film
  • Genre : Thriller horrifique
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Guillem Morales
  • Pays d'origine : Espagne
  • Scénariste : Oriol Paulo, Guillem Morales
  • Musique : Fernando Velázquez
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Francesc Orella, Boris Ruiz, Daniel Grao, Belèn Rueda, Lluís Homar, Clara Segura, Andrea Hermosa, Julia Gutiérrez Caba, Dani Codina,...
  • Récompenses :

Julia est une femme souffrant d’une maladie de dégénérescence des yeux, dont la sœur jumelle, déjà aveugle, est retrouvée morte pendu dans son sous-sol. Julia, certaine qu’il s’agit d’un meurtre, mène l’enquête et suit la trace d’une mystérieuse et invisible présence. Alors qu’elle s’approche de la vérité, Julia perd de plus en plus la vue, et les morts se multiplient…

Les critiques à propos de ce film

Critique de Les Yeux de Julia - Dis-moi, Julia, les années ont passé
Par : Fred Bau

Guillermo Del Toro présente... Par les producteurs de L’Orphelinat... la péloche de Guillem Morales prétend prendre place dans la grande famille du cinéma de genre ibérique. Oui, mais...

Après un début paroxystique résolument classique (une victime seule, un tueur dans l’ombre), et en dépit d’une réalisation de très belle facture, ce pseudo thriller hithcockien finit par irriter. Ayant pour seul véritable moteur la surdité entêtée et assidue, jusqu’à l’absurde, du personnage central incarnée par Belen Rueda, ce pillage en règle du giallo se révèle être, malgré quelques morceaux de bravoure bien trouvés, et une technique maitrisée du jeu vu-non vu, aussi fainéant qu’incohérent. Les anfractuosités frileuses d’inspiration argentesques n’en apparaissent que plus insupportables. Le clin d’oeil final à Seule dans la nuit de Terence Young ne donne finalement qu’une envie : revoir Seule dans la nuit. Ou The Eye des frères Pang, bien plus original et inspiré.

Si Les Yeux de Julia peut séduire par la qualité de sa réalisation, il pèche néanmoins par une somme de séquences qui fleurent le déjà-vu, sans transcender jamais les matériaux originaux dont il s’inspire. On était donc en droit d’espérer beaucoup plus de la trame scénaristique, qui en l’état, se repose beaucoup trop sur l’évolution discutable de son personnage principal.

Concours

Sondage