Critique de film

Le Village des damnés

"Village of the Damned"
affiche du film
  • Genre : Fantastique - Pouvoirs paranormaux
  • Année de production : 1960
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Wolf Rilla
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h17
  • Budget : 200 000 dollars
  • Scénariste : John Wyndham (nouvelle) / Stirling Silliphant, Wolf Rilla (scénario)
  • Musique : Ron Goodwin
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : George Sanders, Barbara Shelley, Martin Stephens, Michael Gwynn, Laurence Naismith
  • Récompenses : Nominé à l'Hugo Award de la Meilleure présentation dramatique (1961)

Une bourgade est victime d'un phénomeèe surnaturel. Quelques mois plus tard, douze têtes blondes naissent au même instant avec des intentions particulièrement hostiles.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le village des damnés - Le classique qui glace le sang
Par : Chroniqueurs




Bonne adaptation du roman de John Wyndham publié en 1957. Le film engendrera une suite trois ans plus tard nommée Children of the Damned et John Carpenter réalisera un remake sorti en 1995 !

C’est une matinée paisible pour le petit village de Midwich. Femmes et hommes vaquent à leurs occupations quotidiennes lorsque soudain, tous sombrent dans un inébranlable sommeil. L’armée est mobilisée mais restera impuissante jusqu’au réveil, quelques heures plus tard, de l’ensemble de la population. Alors que tout semble redevenu normal, les femmes du village découvrent une à une qu’elles sont enceintes ! Le lien avec l’étrange événement passé ne fait aucun doute, d’autant qu’à l’heure des naissances, les bébés possèdent tous les mêmes caractéristiques physiques ! Leur croissance intellectuelle hors normes laisse bientôt apparaître le sombre dessein de ces diaboliques rejetons : prendre le contrôle global de notre planète !

Grâce à l’excellente et efficace réalisation de Wolf Rilla, ce film est un chef-d’oeuvre du cinéma d’epouvante des années 60. Scénario diabolique et intriguant avec un souffle de puissance créative, sans effets spéciaux spectaculaires, juste sur une ambiance angoissante et une atmosphère perturbante.

Grande qualité de casting avec, entre autres, George Sanders et Barbara Shelley. La performance des enfants est exceptionnelle, leur froideur, la dureté de leur regard vous terrifie, le jeune Martin Stephens avec sa charmante petite tête blonde (révélé par le film de Jack Clayton, Les innocents) est fascinant et terrifiant à la fois ! Film noir et blanc à la photographie superbe, le film en a conservé toute sa force.


Oeuvres liées :

Children of the Damned (1963)
Le village des damnés (1995)


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage