Critique de film

Le Guerrier silencieux

"Valhalla rising"
affiche du film
  • Genre : Aventure, action
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Nicolas Winding Refn
  • Pays d'origine : Danemark/Grande-Bretagne
  • Durée : 1h30
  • Budget : 4 millions de dollars
  • Scénariste : Nicolas Winding Refn & Roy Jacobsen
  • Musique : Peter Kyed, Peter Peter
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Mads Mikkelsen, Maarten Stevenson, Gordon Brown, Andrew Flanagan, Jamie Sives,…
  • Récompenses :

Pendant des années, One-Eye, un guerrier muet et sauvage, a été le prisonnier de Barde, un redoutable chef de clan. Grâce à l'aide d'un enfant, Are, il parvient à tuer son geôlier et ensemble ils s'échappent, s'embarquant pour un voyage au coeur des ténèbres. Au cours de leur fuite, ils montent à bord d'un bateau viking, mais le navire, pendant la traversée, se retrouve perdu dans un brouillard sans fin, qui ne va se dissiper que pour révéler une terre inconnue. Alors que ce nouveau territoire dévoile ses secrets, les Vikings affrontent un ennemi invisible et terrifiant, et One-Eye va découvrir ses véritables origines...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le guerrier silencieux - Enter the trip
Par : Samuel Tubez




Après la trilogie criminelle Pusher et le biopic rentre-dedans Bronson, le danois Nicolas Winding Refn nous offre avec Valhalla rising une nouvelle aventure cinématographique marquante et sans concession. Prêts pour un trip barbare et métaphysique ?

One-Eye est un guerrier muet et sauvage, esclave d’un chef de clan qui le force à prendre part à des combats barbares et sanglants. Parvenant à s’échapper en tuant ses geôliers, cette machine à tuer part avec le dernier survivant du clan, un enfant, pour un voyage au cœur des ténèbres. Ils rejoignent alors une bande de vikings convertis au catholicisme et désirant se rendre à Jérusalem. Leur périple les mènera en terre inconnue, où un nouveau danger guette…

En créant une œuvre presque entièrement muette misant tout sur le visuel et le son, Nicolas Winding Refn offre une de ces expériences cinématographiques aux lectures multiples, où chaque spectateur trouvera sa propre définition. Il faut en effet trouver sa propre voie au sein de ce film brutal et viscéral (au sens propre comme au figuré), qui délivre avec soin le minimum d’information quant à l’intrigue. Valhalla rising est donc un film qui demande un perpétuel état d’abandon afin d’en ressentir pleinement la moindre image (le scope et la photographie sont prodigieux) et le moindre son (la bande-son, envoûtante, est un pur trip). Traversé de fulgurances gore (les affrontements du début sont d’une brutalité inouïe) et d’une belle poésie morbide, le film trouve en Mads Mikkelsen l’interprète idéal. Tout bonnement monstrueux, l’acteur parvient à insuffler une aura impénétrable à son personnage tout en lui conférant son charisme fou, et le tout, sans émettre une seule ligne de dialogue ! Cette nouvelle collaboration entre l’acteur et le réalisateur frise la perfection et l’on est curieux (et même impatient) de voir ce que ces deux immenses talents pourraient nous proposer à l’avenir, que ce soit conjointement ou séparément.

Aussi obscur que passionnant à décrypter, Valhalla rising est une des ces pellicules qui demande une totale implication de la part du spectateur, qui, pour peu qu’il laisse de côté toute exigence personnelle, ne sera pas déçu du voyage. Laissez-vous aller, vous allez prendre un sacré trip !


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage