Critique de film

La Colline a des yeux

"The hills have eyes"
affiche du film
  • Genre : Thriller - Thriller horrifique
  • Année de production : 2006
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Alexandre Aja
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h47
  • Budget : 15 millions de dollars
  • Scénariste : Alexandre Aja, Grégory Levasseur
  • Musique : tomandandy
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Aaron Stanford, Vinessa Shaw, Kathleen Quinlan, Laura Ortiz, Ted Levine
  • Récompenses : Nominé aux Saturn Awards 2007 comme Meilleur maquillage

    Nominé aux Empire Awards 2007 comme Meilleur film d'horreur

Pour fêter leur anniversaire de mariage, Big Bob Carter, un ancien policier de Cleveland, et sa femme Ethel ont demandé à leur famille de partir avec eux en Californie. Big Bob est sûr que faire la route tous ensemble les aidera à resserrer des liens familiaux un peu distendus. Même si tout le monde vient, personne n'est vraiment ravi d'être là. Lynn, la fille aînée, s'inquiète du confort de son bébé. Son mari, Doug, redoute de passer trop de temps près de son beau-père. La jeune Brenda regrette de ne pas être allée faire la fête à Cancun avec ses amis. Et Bobby ne s'intéresse qu'aux deux chiens de la famille. Une route désertique va conduire les Carter vers le pire des cauchemars...

Les critiques à propos de ce film

Critique de La Colline a des yeux - Désert sauvage
Par : Samuel Tubez




« Encore un remake ?! » Je vous entend dire… ben oui, encore un. Cette profusion de remakes serait-elle le signe d’un manque cruel d’originalité au sein de la production américaine ? Certainement… Il n’empêche que, lorsque l’on s’attaque à pareille entreprise, il faut un type sacrément amoureux de 7è art pour ne pas tout faire foirer. A côté de ratages tels que The Fog ou bien Dark Water on a eu droit à quelques jolies réussites. Ainsi, bien que n’égalant jamais leurs modèles originaux, Dawn of the dead ou Massacre à la tronçonneuse assuraient un minimum de spectacle. Ici, Alexandre Aja (Furia, Haute tension) s’attaque donc au film de Wes Craven (La dernière maison sur la gauche, Les griffes de la nuit ou encore Scream, pour ceux qui seraient arrivés sur ce site par hasard) avec tout le respect qu’il se doit pour la version originale datant de 1977.

A travers l’histoire, bien connue des amateurs, d’une famille égarée au beau milieu du désert se retrouvant traquée par un groupe de barbares cannibales, le réalisateur parvient à apporter sa touche personnelle au sein d’une production houleuse à souhait (scénario subissant plusieurs réécritures, changement de boîte de prod’, etc.). Dans cette nouvelle version, les tueurs sauvages, au nombre de huit et toujours menés par Papa Jupiter, ont subis les ravages radioactifs d’une série d’essais nucléaires survenus des années auparavant. L’occasion pour le réal’ de pointer du doigt les dégâts causés par l’imbécillité du comportement guerrier de l’être humain (voir le très joli générique de début). Mais pas question ici de s’attarder sur cet état de fait, Alexandre Aja apprécie avant tout l’aspect brutal de l’original et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il le lui rend bien. En effet, difficile de croire que certains plans auraient été coupés tant l’ambiance générale du film est violente et cruelle. Mais cela reste très graphique et donc, très fun dans sa démarche. On peut regretter que certains mutants n’ont pas véritablement le temps d’exister à l’écran (par exemple : Cyst, interprété par le maquilleur Greg Nicotero, se fait vite dézinguer), il n’empêche qu’ils ont tous un look d’enfer qui en fera cauchemarder plus d’un(e).

Maîtrise du Cinémascope, réalisation qui pète (autrement dit : racée), scènes gores jouissives et décomplexées, lumière resplendissante, La colline a des yeux version 2006, véritable ode à la bestialité, est une très belle réussite. Après Haute tension, Alexandre Aja parvient à exporter brillamment son savoir faire aux States et livre un film, certes parsemés de points faibles, mais très réjouissant.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage