Critique de film

Darren Shan, l'assistant du vampire

"Cirque du Freak: The Vampire's Assistant"
affiche du film
  • Genre : Fantastique
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Paul Weitz
  • Pays d'origine : USA
  • Scénariste : Paul Weitz, Brian Helgeland, Darren Shan
  • Musique : Stephen Trask
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Chris Massoglia, Willem Dafoe, John C. Reilly, Salma Hayek, Ken Watanabe,...
  • Récompenses :

Darren est un adolescent de 14 ans comme tous les autres. Il traîne avec ses copains, travaille pas trop mal à l'école et évite les embrouilles. Mais quand il tombe un beau jour sur un cirque de monstres ambulant, les choses commencent soudain à changer, et ce exactement au moment où le vampire Larten Crepsley le change en une créature...assoiffée de sang. Vampire novice, Darren rejoint le Cirque du Freak, une revue ambulante peuplée de créatures monstrueuses allant de l'homme à peau de serpent au loup-garou, en passant par la femme à barbe et un aboyeur géant. Alors qu'il apprend à maîtriser ses nouveaux pouvoirs dans ce monde des ténèbres, Darren devient l'objet de convoitise de deux factions de vampires ennemies. Le jeune homme arrivera-t-il à sauver sa peau au milieu de cette guerre sauvage qui menace de dévorer le peu qui lui reste d'humanité ?

Les critiques à propos de ce film

Critique de L’assistant du vampire - Les freaks c’est chic
Par : Samuel Tubez




Réalisé par Paul Weitz, Le cirque de l’étrange, L’assistant du vampire (ou Cirque du Freak en vo) promet un spectacle riche en monstres et en effets spéciaux. Une fois de plus, les intentions étaient bonnes…

Darren, un ado bien sous tous rapports, et son meilleur ami vont un soir assister à un bien curieux spectacle. En effet, une troupe de freaks se produit dans la ville et ceux-ci s’avèrent être tout à fait authentiques : une femme à barbe extralucide, un loup-garou, un homme-serpent ou encore un vampire font partie du numéro de ce cirque pas comme les autres. Fourrant son nez à l’issue du numéro dans ce qui ne le regarde pas, Darren va provoquer une série d’incidents qui vont le forcer à devenir à son tour un vampire et ainsi quitter sa vie toute tranquille pour rejoindre la troupe de monstres. Mais ce qu’il ignore encore, c’est qu’une guerre se prépare entre deux factions de vampires ennemies et que Darren pourrait y jouer un rôle capital…

Ce spectacle se situant entre la comédie pour ado et le film d’épouvante propose une intrigue certes classique mais efficace, remplie de personnages secondaires et de créatures improbables (Salma Hayek en femme à barbe, ça va en perturber plus d’un !). Les maquillages et autres effets visuels sont d’ailleurs très convaincants et l’on sent dans ce Cirque du freak une véritable intention de vouloir nous en donner pour notre argent. Ca aurait donc pu être très amusant, mais le problème majeur du film est qu’il est mis en scène par le réalisateur du tout premier American pie, Paul Weitz donc, et que cela s’en ressent fortement. Les personnages (surtout les ados) sont stéréotypés à mort, il y a un humour omniprésent qui est franchement lourdingue et, à force à trop vouloir en montrer, le film patauge quelque peu. Les transitions s’avèrent ainsi parfois assez rudes et le récit propose une tonne d’éléments intéressants qui resteront malheureusement inexploités. Les comédiens sont quant à eux inégaux, avec, en vrac : un John C. Reilly efficace, deux ados (Chris Massoglia et Josh Hutcherson) au jeu bien fade (c’est moi où ils jouent tous de la même façon ces teenagers ??), un Ken Watanabe dont il n’y a pas que le crâne qui impressionne ou encore un Willem Dafoe qui cabotine à donf’ en se la jouant Vincent Price. Sans être une abominable croûte, Le cirque de l’étrange est donc un film d’ « horreur » (j’insiste sur les guillemets) pour ado qui aurait mérité davantage de maîtrise à la réalisation, mais qui possède toutefois un joli potentiel qui, on l’espère, sera mieux exploité à l’avenir puisque, le film étant tiré d’une série de romans à succès, on peut s’attendre à coup sûr à un deuxième opus très prochainement.

Le cirque du freak est en quelque sorte le chaînon manquant entre Harry Potter, le Freaks de Tod Browning (toute proportion gardée, bien entendu) et Twilight. Le côté foire aux monstres du film ainsi que son univers s’avèrent sympathiques mais la mise en scène de Paul Weitz est hélas un peu fade, voire à côté de la plaque. Pour réellement nous impressionner, ce Cirque du freak aurait juste mérité un vrai metteur en scène. Tout simplement.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage