Critique de film

Jeunes mariés

"Just buried"
affiche du film
  • Genre : Comédie macabre
  • Année de production : 2007
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Chaz Thorne
  • Pays d'origine : Canada
  • Durée : 1h34
  • Scénariste : Chaz Thorne
  • Musique : Darren Fung, Scott Loane
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Rose Byrne, Jay Baruchel, Graham Greene, Nigel Bennett, Sergio Di Zio, Reagan Pasterna, Thomas Gibson, Brian Downey, Slavko Negulic, Jeremy Akerman
  • Récompenses : Prix du festival de Santa Cruz (2007)
    Prix du Meilleur réalisateur à l'Atlantic film festival en 2007

Un jeune homme hérite d'un commerce de pompes funèbres au bord de la faillite. Là il tombe amoureux de la jeune embaumeuse puis découvre qu'elle zigouille des gens afin de sauver le business!

Les critiques à propos de ce film

Critique de Jeunes mariés - Noces funèbres
Par : Damien Taymans


Oliver Whynacht hérite bien malgré lui (par le truchement de la rue de la chance) de l’entreprise funéraire d’un père qu’il n’a que peu connu. Désireux de se décharger de ce fardeau, Oliver entend bien refourguer l’affaire à l’un des concurrents de la région. Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore comme dit l’adage et l’empoté s’entiche de Roberta, employée prête à tout pour faire perdurer l’esprit de la funèbre compagnie. Tout dégénère lorsque, pour faire face aux carences mortuaires du bourg, les deux amants se mettent à provoquer des accidents…

Pour son premier long-métrage, l’acteur Chaz Thorne conçoit une comédie macabre pour laquelle il occupe conjointement les postes de scénariste et de réalisateur. Touchant à un genre largement exploité, Thorne endosse la lourde responsabilité de surfer autant sur la vague du genre que sur celle, guère plus aisée, de la comédie pour livrer une farce morbide en demi-teinte à l’instar de sa double nationalité. Nappé d’un glaçage canadien (incorporant les lourdeurs humoristiques), assaisonné à la sauce anglaise (un décalage relatif), Just buried (dont la traduction française Jeunes mariés s’avère hors-propos, jouant sans doute sur une équivocité potentielle par rapport aux délires romancés de Julia Roberts et Richard Gere) prend finalement une trajectoire bâtarde. Les sarcasmes britanniques se voient rapidement remplacés par des situations qui se réclament vaudevillesques mais ne consistent qu’en de vagues quiproquos rigolards à peine agrémentés du zeste so british qui effleurait l’entrée du métrage et laissait présager une agréable séance.

A la place, malgré quelques idées intéressantes, Just buried ne fournit qu’un spectacle qui, sans être complètement tiède, ne constitue en aucun cas une anthologie humoristique emplie de cocasseries désopilantes ni de séquences décapantes comme le promettait l’accroche du DVD. L’exploration de la mince frontière qui sépare cupidité et culpabilité, thème central de cette œuvre, qui aurait normalement dû déboucher sur une modification des conduites morales des deux personnages une fois les enjeux amoureux et pécuniaires mis en jeu, tourne complètement à vide en raison du manque de conviction émis par Jay Baruchel (En cloque, mode d’emploi) qui s’inscrit dans une lignée monoexpressive chiantissime et des énormes lacunes d’un scénar’ incapable de souligner le moindre passage pour donner plus de corps à une suite rectiligne sans saveur. Et Just buried de filer droit dans le mur en fin d’opus en optant pour la copie limitatrice de Very bad things dont il ne possède ni le potentiel comique ni l’aura d’un cast efficace (malgré la présence de la subtile et efficace Rose 28 semaines plus tard Byrne).

Malgré une entame prometteuse qui flairait bon la farce british, Jeunes mariés s’enlise assez rapidement dans la facilité d’un scénar au pitch détonnant qui s’englue dans la répétition infinie. Thorne a beau faire des pieds et des mains, son métrage n’évite aucun des écueils dressés sur son passage et fournit un fin de compte une intrigue aussi vide que le funérarium dont il narre l’histoire.


Distribué par


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage