Critique de film

Humains

"Humains"
affiche du film
  • Genre : Thriller, fantastique, aventure
  • Année de production : 2008
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Jacques-Olivier Molon & Pierre-Olivier Thévenin
  • Pays d'origine : France
  • Durée : 1h27
  • Scénariste : Dominique Néraud, Jean-Armand Bougrelle, Frédérique Henri & Sylvain Boris Schmid
  • Musique : Gast Waltzing
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Sara Forestier, Lorànt Deutsch, Dominique Pinon, Philippe Nahon, Elise Otzenberger,...
  • Récompenses : aucune

Des chercheurs partent dans le Lotschental dans les Alpes Suisses enquêter sur une découverte scientifique qui pourrait remettre en question toute la filiation de l'espèce humaine. Une famille de touristes, venue voir le carnaval du Lotschental et ses fameux Tchagattas, voyagent avec eux. L'aventure tournera au cauchemar...

Les critiques à propos de ce film

Critique de Humains - Humainement insupportable
Par : Samuel Tubez


Un survival français tourné dans la nature et mis en scène par deux pros du maquillage ayant notamment travaillé sur A l’intérieur, ça ne peut qu’éveiller les sens des fantasticophiles en goguette. Alors quand on s’aperçoit à l’arrivée que le produit est plus proche du téléfilm inerte que de l’expérience viscérale, on déchante, forcément.

Le professeur Schneider et son fils, accompagnés d’une jeune paléontologue, partent dans le Lötschental (Alpes suisses) enquêter sur une découverte scientifique qui pourrait remettre en question toute la filiation de l’espèce humaine. Une famille de touristes, venus voir le carnaval du Lötschental et ses fameux Tchagattas, se retrouvent par accident avec eux. Bientôt, tout ce joli petit monde va se retrouver aux prises avec un danger inconnu...

Le danger inconnu dont il est question, c’est une bande de néanderthaliens en rut. La surprise n’est pas gâchée car elle n’est de toute façon pas de taille. Néanmoins, cela aurait pu donner quelque chose d’intense, de trépidant, de viscéral même. Les réalisateurs citent volontiers Predator comme référence dans les interviews qu’ils donnent mais annoncent également que leur volonté était de faire un film d’aventure comportant de l’action et du fantastique, le tout à destination du grand public. Il y a comme une petite contradiction là, non ? Que s’est-il alors passé entre les intentions de départ et le résultat final ? C’est que l’ennui prédomine cruellement dans Humains. Les réalisateurs tentent de jouer sur l’attente avant de dévoiler leurs « monstres », mais c’est que jusque là, des dialogues affligeants récités par des comédiens très mal dirigés (ou qui ne font pas le moindre effort, c’est selon) nous plongent déjà dans la torpeur. A vrai dire et pour tenter de faire court, hormis des maquillages plutôt réussis (le contraire aurait été tout de même malheureux), il n’y a rien à sauver dans Humains (les nihilistes liront « il n’y a rien à sauver dans l’Humain »). Le ridicule l’emporte sur l’action et l’ennui bat à plate couture le suspens. Le final, qui se lâche enfin un peu plus niveau violence réveille quelque peu mais il est hélas déjà trop tard. Dommage, il y avait pourtant un réel potentiel mais là, c’est juste terriblement navrant.

Humains passe complètement à côté de ses intentions (pourtant fort louables) pour offrir au final un survival mou et risible qui ferait à peine frémir votre grand-mère. Pas facile pour Molon et Thévenin de rebondir après une telle déconvenue mais souhaitons leur toutefois un avenir plus radieux dans l’univers du maquillage où là, sans aucun doute, ils peuvent œuvrer de manière bien plus efficiente.


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage