Critique de film

Hood of Horror

"Snoop Dogg's Hood of Horror"
affiche du film
  • Genre : Horreur, comédie
  • Année de production : 2006
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Stacy Title
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 1h25
  • Budget : 5 millions de Dollars
  • Scénariste : Jacob Hair, Chris Kobin, Jonathan McHugh & Tim Sullivan
  • Musique : Patrick Copeland, Snoop Dogg
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Snoop Dogg, Ernie Hudson, Danny Trejo, Daniella Alonso, Pooch Hall,…
  • Récompenses : Aucune

Dans un quartier baigné par le hip hop, trois histoires horrifiques.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hood of Horror - Blood in da hood
Par : Samuel Tubez


Wanna some blood niggaz and bitches ? Welcome to the Hood of Horror introduced by the Gangsta-Cryptkeeper’s Snoop Dogg. Soit un programme de trois sketches horrifiques entre Creepshow et Tales from the Crypt se déroulant dans le ghetto et rythmés par le gangsta rap du chanteur. So, smoke the pot and shake that shit, denizens !

Le « Hound of Hell » (Snoop Dogg, évidemment) nous présente trois histoires horrifiantes se déroulant dans son infernal quartier où toutes les créatures se rencontrent (c’est pas moi qui l’dis, c’est Snoop en personne qui le scande dans sa chanson). S’y croisent une tagueuse dont les bombes de peinture vont s’avérer mortelle pour ses ennemis, un texan insolent et obsédé par l’argent qui va payer le prix fort de sa cupidité ainsi qu’une star du rap dont la célébrité va être perturbée par des fantômes du passé…

Le ton est à la gaudriole, au fun et au gore. Pas de prise de tête ni de désir d’effrayer, Hood of Horror est un petit b horrifique qui se la pète gentiment et qui livre son quota de maquillages craspecs sans trop traîner. Et comme le ridicule ne tue pas, on s’en fiche de savoir si les zombies ont des allures de Gloubi-boulga ou si les comédiens cabotinent joyeusement, on n’est pas là pour se prendre la tête, on vous dit ! Amusant tout de même de voir quelques têtes connues s’agiter dans ce foutoir : les vieux briscards Billy Dee Williams (le Lando Calrissian des épisodes 5 & 6, le Harvey Dent du Batman de Burton), Danny Trejo (Machete, we’re waiting for you !) ou encore Ernie Hudson (Ghostbusters, The Crow). De jeunes recrues viennent également montrer le bout de leur nez telles que Sydney Tamiia Poitier (Boulevard de la mort), Daniella Alonso (La colline a des yeux 2, Détour mortel 2) ou Brande Roderick (j’sais plus où je l’ai vue celle-là, mais c’est pas à sa tête que je l’ai reconnue, si vous voyez ce que je veux dire). Des trognes burinées, des visages familiers, de jolies pépées et quelques geysers de blood n’guts sont donc bien au programme de ce film à sketches très inoffensif qui ne risque pas de rester dans les mémoires. Tiens au fait, qui est derrière les caméras pour orchestrer tout cela ? Eh bien il s’agit de Stacy Title, la réalisatrice de L’ultime souper avec Cameron Diaz et Ron Perlman, mais cela a en réalité peu d’importance tant la production semble avoir été entièrement absorbée par la personnalité du rappeur dont le nom (et la présence) prime sur tous les autres. It ain’t cool to live in da hood !


Hood of Horror
c’est un peu Creepshow dans le ghetto. Mais bien évidemment, la comparaison s’arrête là. Avec Snoop Dogg en présentateur d’outre-tombe et un ton grand-guignolesque trop...grand-guignolesque, le spectacle n’arrive jamais à véritablement convaincre. Néanmoins, ça reste plus ou moins consommable entre quelques bières et deux pétards. Come on and smoke that shit, man !

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage