Critique de film

Hidden

"Skjult"
affiche du film
  • Genre : Horreur
  • Année de production : 2009
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Pål Øie
  • Pays d'origine : Norvège
  • Durée : 1h36
  • Scénariste : Pål Øie
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Arthur Berning, Knut Morten Brekke, Gabriel August Gjønnes, Agnes Karin Haaskjold, Andreas Haugsbø, Bjarte Hjelmeland, Kristoffer Joner, Marko Iversen Kanic, Anders Danielsen Lie,...
  • Récompenses : Meilleure Direction Artistique aux Amanda Awards 2009 (Norvège)

Kai Knutsen est un jeune homme qui prend soin de sa mère folle depuis 20 ans. Après le décès de cette dernière qu’il haïssait plus que tout, il hérite d’une maison dans la forêt. Mais celle-ci cache un terrible secret.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hidden - Photo VS script
Par : Quentin Meignant


Désormais habituée à nous servir de véritables petites pépites du cinéma de genre, qu’elles soient gores ou simplement délirantes, la Norvège était une nouvelle fois présente au BIFFF 2010 avec Hidden, alias Skjult, le second long-métrage de Pål Øie. Cinéaste réputé dans son pays pour avoir signé l’œuvre la angoissante de l’histoire de la Norvège, Dark Woods, le metteur en scène présentait sa nouvelle œuvre dans la Compétition Internationale, le battage médiatique autour de celle-ci s’étant intensifié suite à un grand intérêt de certains sites francophones et américains. Hidden s’intéresse à Kai Knutsen, un jeune homme qui prend soin de sa mère folle depuis 20 ans. Après le décès de cette dernière qu’il haïssait plus que tout, il hérite d’une maison dans la forêt. Mais celle-ci cache un terrible secret.

Glauque à souhait dès ses premiers instants, Hidden profite de cette ambiance particulièrement froide et délétère qui font, depuis quelques années déjà, l’apanage des bandes nordiques. Gris et assez terne dans sa photographie, le métrage norvégien instille dès les premières secondes un climax malsain qui se verra confirmé très vite par la scène choquante du film, où le personnage principal se rend à la morgue pour « se recueillir » sur le corps de sa défunte mère. Feignant la haine de fort belle manière, le comédien Kristoffer Joner, qui a participé il y a peu au fameux Kurt Josef Wagle og legenden om fjordheksa de Tommy Wirkola, offre une interprétation quatre étoile durant cette séquence, tandis que la caméra de Pål Øie se pose de manière toujours aussi détachée sur lui.

Ces excellentes premières impressions laissées par la bande ne sont hélas qu’un feu de paille car, par la suite, le cinéaste peine véritablement à faire prendre la sauce, noyant tour à tour son action dans des séquences trop molles que pour être palpitantes et dans des flash-backs totalement inutiles. Dès lors, malgré une photographie toujours assez impressionnante, l’œuvre s’enlise sous les coups de boutoir d’effets sonores mal calculés, jamais en adéquation avec le manque criant d’action. Pourtant intéressant dans sa manière de traiter les personnages, le film de Pål Øie s’enlise donc en vue d’un final peu convaincant qui ne laissera aucune trace dans les mémoires.

L’esbroufe mise en place dans les premiers instants d’Hidden n’est donc qu’un leurre pour détourner le spectateur du manque d’imagination dont faire preuve le film. Convaincant dans son premier quart d’heure, le métrage de Pål Øie souffre sans aucun doute d’un scénario mal construit et d’une arythmie de moins en moins supportable au cours de son déroulement. Léchée, l’image vient néanmoins sauver ce qui peut encore l’être…

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage