Critique de film

Hello Ghost

"Hellowoo Goseuteu"
affiche du film
  • Genre : Comédie, Fantastique - Fantômes
  • Année de production : 2010
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Kim Young-Tak
  • Pays d'origine : Corée du Sud
  • Durée : 1h51
  • Scénariste : Kim Young-Tak
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Cha Tae-hyun, Kang Hye-Won, Lee Moon-su
  • Récompenses : Prix du Meilleur film asiatique au NIFFF 2011

Qu'y a-t-il en commun entre un fumeur endurci, un grand-père grivois, une femme en pleurs et un garçon accro aux sucreries? Ce sont des fantômes, et ils ont jeté leur dévolu sur le pauvre Sang-man ! La vie de ce jeune homme dépressif, qui cumule les tentatives de suicide ratées, prend un tournant tragi-comique lorsque ces âmes en peine investissent son corps pour exaucer leurs derniers souhaits; ce qui n'est pas de tout repos, vu leurs désirs insolites.

Les critiques à propos de ce film

Critique de Hello ghost - Ghost booster
Par : Damien Taymans




Qu’y a-t-il en commun entre un fumeur endurci, un grand-père grivois, une femme en pleurs et un garçon accro aux sucreries ? Ce sont des fantômes et ils ont jeté leur dévolu sur le pauvre Sang-man. La vie de ce jeune homme dépressif, qui cumule les tentatives de suicide ratées, prend un tournant tragi-comique lorsque ces âmes en peine investissent son corps pour exaucer leurs derniers souhaits...

Qui oserait encore prétendre aujourd’hui que le cinéma coréen est à la traîne ? Rien que cette année au NIFFF trônaient des péloches définitives, ultra-percutantes comme I saw the devil, The murderer ou The Unjust. En marge de ce règne de la brutalité, symbole d’un cinéma un peu plus mainstream, plus occidentale en somme, subsistait Hello ghost, présenté après deux jours de festival comme l’un des films les plus prometteurs de l’édition. Preuve en est qu’en fin de parcours, le métrage scénarisé et réalisé par Kim Young-Tak devançait The Unjust (Ryoo Seung-wan) ou Guilty of romance de Sono Sion et raflait le Grand prix de la compétition asiatique.

Quel étrange pouvoir de séduction comportait donc ce mélo à base de fantômes et de bons sentiments ? La présence de Cha Tae Hyun (My Sassy girl), booster du box-off national, suffirait-elle à expliquer le succès du film ? Pas seulement... Durant plus d’une heure, Hello ghost s’apparente à toutes les niaiseries du genre sentimento-spiritueux qui se sont taillé une place sur les toiles immaculées des cinoches, du type Et si c’était vrai (adaptation grossière d’une œuvre littéraire tout aussi grossière) ou Le fantôme de mon ex-fiancée avec la Desperate housewive Eva Longoria en briseuse de noix professionnelle. Sauf qu’à l’inverse des modèles précités, l’accent est ici porté sur la touche comique, l’aspect "eau de rose" s’effaçant au profit de quelques situations drolatiques plutôt inventives (le héros laisse le fantôme d’un petit garçon utiliser son corps et se retrouve en public avec une figurine géante de héros sentaï dans la main droite et l’index gauche dans la narine).

Comédie légère au concept éculé, Hello ghost parvient cependant, lors de son élément de résolution, à rallier à sa cause le spectateur par le biais d’un twist efficace. L’intrigue prend alors une nouvelle tournure, chaque personnage bénéficie d’une lumière différente, l’ensemble gagne en profondeur. Hello ghost constitue le prototype du mélo efficace, apte à assurer le minimum requis sur son ensemble et à soutirer quelques larmes au plus insensible lors de sa conclusion. Même en la matière, les Sud-Coréens maîtrisent leur leçon. L’émergence de Seoullywood n’est plus si loin...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage